Winger, Andrew Smith

 81W11G6n8TL« Ryan Dean West’s life is complicated. He’s a fourteen-year-old junior at Pine Mountain, a boarding school for rich kids. He’s stuck rooming with the biggest jerk on the rugby team in the dorm for miscreants and troublemakers. And he’s totally in love with his best friend, Annie, who thinks of him like a little kid. As Ryan Dean tries to get a handle on school, life, and rugby, he finds himself muddling through a lot of decisions and making some major mistakes along the way. But nothing can prepare him for what comes next. And when the unthinkable happens, Ryan Dean has to find a way to hold on to the important things, no matter what. »

Avant de commencer, je suis obligée de remercier Anne-So d’Echos de mots. En même pas trente secondes de conversation, elle a réussi à me faire mettre deux livres dans mon panier ET à passer commande. Well done, well done. Etant donné mon coup de cœur intergalactique pour ce livre, je ne peux que lui dire merci, et lui offrir ma reconnaissance à vie. Je t’ajoute donc sur ma liste des gens pour qui j’irais: cacher un cadavre, tuer quelqu’un à coups de pelle, et confronter un type aux cheveux gras. Merci donc!

Ryan Dean, surnommé Winger par ses camarades, est élève au pensionnat de Pine Mountain. Oui mais voilà, l’ami Winger est un gentil délinquant. Ok, j’abuse, il a fait deux/trois blagues pour s’amuser, mais ça lui a valu d’être résident au «Opportunity Hall», où tous les bad boys du pensionnat sont regroupés. Si je résume, Ryan Dean a trois passions dans la vie: le rugby, sa bande de potes, et Annie, sa meilleure amie. Obsédé sexuel notoire, Ryan Dean partage avec nous TOUTES ses pensées, des plus débiles aux plus touchantes. Parce que oui Annie est aussi la fille qu’il aime. Et oui, c’est dur d’être le plus jeune de la promo (Ryan Dean a 14 ans, et les autres, y compris Annie en ont 16). Pour être honnête, son histoire m’a rappelé mes années de prépa, où l’un de mes camarades avait deux ans de moins que nous. C’était le seul élève mineur de la promo, et avec le recul, je me dis qu’il en a bavé. Je vous rassure, il va bien hein, on ne l’a pas lynché ou attaché tout nu à un lampadaire!

Le livre en soi est déjà super cool. Regardez la couverture pour commencer: un ROUX. Alors oui il saigne du nez mais c’est un détail. Et quand vous l’ouvrez, vous trouvez une deuxième couverture qui m’a fait pousser un «ohhhh» de ravissement. Ryan Dean aime dessiner des petites BD, généralement sur sa relation avec Annie, et le lecteur en profite puisqu’elles sont glissées dans l’histoire! J’ai adoré pouvoir les lire, parce que ça rajoute une bonne couche bien épaisse d’humour, et que mon affection pour Winger grandit davantage à chaque découverte de ses dessins.winger_idJe dois maintenant faire une déclaration: Ryan Dean West est l’être le plus adorable de tous les temps. En deux pages, je me suis attachée à lui. Comme une moule à son rocher. Sérieusement, il est comme un petit poussin qu’on a envie de couver et de protéger. Ce qui est clairement l’opposé de ce qu’il souhaite. Ryan Dean est vraiment hilarant, chaque pensée (et les trois quarts du temps, c’est lié aux filles) m’a fait rire comme jamais. Il est attendrissant, drôle, et maladroit. Il a vraiment les pieds sur Terre, et sa tendance à se rabaisser constamment m’a beaucoup touchée. Le loser par excellence! Son histoire avec Annie est juste mignonne comme tout. J’ai beaucoup aimé les voir se chercher, notamment parce que Ryan Dean a la meilleure répartie du monde, et qu’Annie n’a pas la langue dans sa poche non plus. Quant à sa team, il y a évidemment les meilleurs amis de toujours, avec qui on sympathise d’entrée de jeu, mais aussi les vilains, les petits cons à qui on a envie de casser le nez à chaque fois qu’ils parlent. Joey, le BFF, est sans hésiter mon personnage préféré. Je n’ai qu’une envie: l’épouser. Alors, ok il est gay (et ok, il n’existe pas réellement), mais je reste convaincue que notre mariage aurait pu être heureux et éternel.

Andrew Smith aborde certains thèmes qui sont chers à mon cœur, à savoir comment survivre à l’adolescence. J’aurais aimé lire ce livre quand j’avais 14 ans, parce qu’en plus de me marrer, j’aurais pu en tirer des leçons, histoire d’éviter de me ridiculiser les trois quarts du temps. Ah l’adolescence, quel âge ingrat. Ici, l’auteur en parle avec tellement d’humour qu’on rêverait presque de retrouver sa tendre jeunesse (j’ai dit presque, l’acné, je vous le laisse). En plus des tourments existentiels qu’un jeune ado pré-pubère peut expérimenter, il y a quand même un thème assez sensible abordé: l’homosexualité. Et franchement, pour avoir lu quelques livres sur le sujet, c’est largement mon préféré sur ce thème là! Parce que l’auteur le fait tout en subtilité d’abord, à travers Winger qui se pose mille et une questions, et puis il finit par rentrer dans le vif du sujet, tout naturellement. Rien ne tombe du ciel, tout est très bien lié. C’est cohérent, et vraiment pas exagéré. Le paradis quoi!

La fin, on parle? MAIS POURQUOI MONDE CRUEL? Mon cœur a explosé en mille morceaux. J’ai fini par m’épuiser toute seule, à force de tant de larmes et de morve. Fœtus style. J’étais un peu sous pression quand je l’ai lu, alors il se pourrait, -il se pourrait-, que j’aie pris la fin très à cœur. Il n’empêche que celui qui n’est pas ému par cette histoire se dénonce, et je lui jetterai des cailloux.

L’écriture d’Andrew Smith est vraiment facile à lire, même en anglais. Il y a peut-être quelques vulgarités par ci par là, mais personnellement, je les ai trouvées tellement bien placées dans le contexte qu’elles m’ont fait beaucoup rire. J’ai trouvé l’histoire brillante et émouvante. Les histoires d’amitié me touchent toujours, souvent plus que les histoires d’amour, et ici, on a un bel exemple de bromance.

Il y a une suite, Stand-Off, qui paraitra en septembre 2015. Devinez quoi? Je l’ai déjà pré-commandée. Don’t judge me, quand j’aime, je fais des trucs bizarres. Ok non, n’allez pas vous imaginez des choses. C’est juste que j’aime tellement ce livre que je me dis qu’en septembre, une vague de folie peut très bien s’emparer des lecteurs, qui dévaliseront tout le stock, et au vu de ma relation chaotique avec Amazon, je pourrais ne jamais avoir le tome deux entre mes mains. Les amis, je crois que je suis paranoïaque…

En résumé:

BEST BOOK EVER. J’dis ça, j’dis rien moi…

It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr

31 Thoughts on “Winger, Andrew Smith

  1. J’ai également repéré ce roman sur le blog d’Echos de mots. Bon, je crois qu’après son avis plus le tiens, je dois vraiment m’y mettre.^^

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 04/27/2015 at 15:22 said:

      Elle a réussi à me convaincre en même pas 2 minutes, et tout ce qu’elle a dit est vrai, ce livre est génial!

  2. Encore une fois, ta chronique me donne envie de courir acheter ce livre sans perdre un instant. Il va m’obséder pendant quelques heures, bien joué 😉

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 04/27/2015 at 15:23 said:

      Haha mais avec plaisir, les jours où j’ai attendu que le facteur me le dépose dans la boite aux lettres ont été une torture!!

  3. Jamais entendu parler. Mais tu en dis tellement de bien avec tellement de trémolos sur le clavier que je vais être obligée d’y regarder de plus près ! L’histoire a l’air vraiment très chouette en tout cas.

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 04/27/2015 at 15:25 said:

      Je me suis un peu laissée aller en écrivant mon avis^^

  4. Ah c’est malin ça ! Maintenant j’ai super envie de le lire aussi lol ! Merci pour ton avis, ton enthousiasme donne vraiment envie de découvrir l’histoire et ce personnage.

  5. J’avoue que je ne lis pas du tout en anglais mais cette lecture a l’air super. 🙂 A bientôt LFQLSD 😉

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 04/27/2015 at 15:28 said:

      Oh dommage, moi je me suis mise que récemment, et j’apprécie beaucoup plus mes lectures quand elles sont en VO! Ici ça reste facile à lire je trouve (étant donné que le personnage est assez jeune).

  6. Sympa ta chronique ! J’avais déjà lu celle d’Anne-So qui m’avait plutôt bien donnée envie, mais la couverture me bloque je crois, je ne l’aime pas du tout x)

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 04/27/2015 at 15:29 said:

      La chronique d’Anne-So m’a tellement fait rire, j’adore sa façon de donner son avis! Ohhhhh dommage pour la couverture mais il faut passer outre si elle ne te plait pas (tu peux, par exemple, coller la photo d’un de des acteurs préférés par dessus, et le tour est joué 😉 )

  7. Et bien dis donc, ça vaut le coup d’avoir ta reconnaissance à vie!! 🙂
    En tout cas, tu m’as bien convaincue pour ce livre dont je n’avais jamais entendu parler!

  8. Bon, bon, bon… Je suis trèèèèès tentée !! (C’est malin 😉 !!)

  9. Bon alors voilà, tu m’as définitivement convaincu de lire ce livre. Il me tentait déjà avant mais là, avec ton avis extrêmement positif, je n’ai plus le choix !

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 04/27/2015 at 15:32 said:

      Tu m’en diras des nouvelles si tu te lances (je suis curieuse de voir à quel moment les gens se sont marrés 😉 )

  10. Il est dans ma wishlist depuis un moment mais j’ai encore plus envie de l’acheter maintenant !

  11. Un livre que j’avais déjà beaucoup envie de découvrir, là, tu m’as achevé ^^

  12. Dommage que ce soit en anglais car au vu de ton avis je me serais bien laissé tenté. Il à l’air vraiment sympa ce bouquin ^^

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 04/28/2015 at 11:40 said:

      Je vais me renseigner pour voir s’il sort (ou s’il est déjà sorti) en VF parce que ce serait bête que ceux qui ne lisent pas en anglais passent à côté!!

  13. Ah oui quand même !! Eh bien quel enthousiasme… un enthousiasme communicatif ! Bon, je vais essayer de réduire mes achats prochainement (les pneus arrière à changer, ça pique), mais je me le note sur mon petit carnet que j’emporte partout, des fois que je tombe dessus par hasard ^^

  14. Il me le faut, je le veux, il me le faut, je le veux : je le note et il va rejoindre ma PAL c’est obligé !! 🙂

  15. Ça fait trèèèèèès longtemps que je veux le lire ! J’ai même failli l’acheter l’été dernier à Londres, mais je n’avais plus de places dans les mains ( et je ne voulais pas passer pour la dingue qui achète 15 livres d’un coup à la caisse surtout xD ), mais maintenant que j’ai lu ta chronique je regrette amèrement de ne pas avoir eu un panier, ou trois bras, pour pouvoir quand même le prendre ! Je vais devoir le commander sur Amazon ( en même temps que The DUFF peut-être ? =P )

  16. Ce livre existe t’il enfin en VF ?
    Si ce n’est pas le cas je vais te détester, déjà que je déteste Anne So pour la même raison 😉

  17. Un livre qui a l’air juste trop bien ^^

  18. Pingback: Favorite LGBT Books | Les femmes qui lisent sont dangereuses

Gone reading, leave a message.

Post Navigation