Vague de chaleur, Richard Castle

« Le corps d’un magnat de l’immobilier est découvert au pied de son immeuble de Manhattan. Visiblement, quelqu’un lui a donné un coup de pouce pour qu’il fasse le grand saut… Dans le même temps, sa ravissante épouse au passé obscur échappe de justesse à une agression. Dans la fournaise new-yorkaise, les esprits s’échauffent, les passions se déchaînent. Un autre meurtre entraîne la police dans le monde opaque de l’immobilier, des paris, de l’argent douteux. Un univers où le secret et le silence font la loi. Mais Nikki Heat est là pour mettre de l’ordre dans cette sale affaire. Malgré la présence imposée d’un journaliste fort encombrant (mais charmant), l’enquêtrice de choc va découvrir un à un tous les secrets du mort, un flambeur, et joli cœur qui ne manquait pas d’ennemis. Des secrets que pas mal de monde aurait préféré oublier…»
 
J’avoue, j’adore la série. Je n’aurais jamais acheté ce livre sinon. Mais j’ai bien fait, parce que globalement, c’est une lecture très agréable.
 
J’aime beaucoup le personnage de Heat (tout comme j’adore Beckett). J’ai un penchant pour les héroïnes kick ass, j’ai un peu la phobie des filles chochottes et fades du style Bella (alors elle, plus gourde ça n’existe pas). Alors voir une femme dégommer les méchants en deux minutes chrono, moi je dis oui. L’auteur a gardé l’histoire personnelle de Beckett (forcément), à savoir la mort de sa mère, même si c’est dans des circonstances différentes. C’est ce qui donne à Heat un coté plus humain, plus sensible, parce ce que kick ass ne rime pas avec robot pour moi. Quant à Rook, je lis ses répliques et j’ai l’impression de voir et d’entendre Castle ! Même humour, même insolence, tout est fait pour qu’on fasse le rapprochement. La première vanne « It’s raining men » m’a arrachée un gloussement digne des admiratrices de Robert Pattinson, parce que la même réplique a été faite par Castle dans je ne sais plus quel épisode ! C’est du recyclé finalement, mais ça me fait rire (je sais, il m’en faut peu)!
 
Les autres personnages sont les mêmes que dans la série. On a les deux flics partenaires qui nous forment une bromance plutôt cool (cf Ryan et Esposito), et la médecin légiste super copine avec Heat (cf Lanie). Le fait d’avoir regardé la série a fait que j’ai collé sur chaque personnage du livre la tête de son homologue à la télé. Ça ne laisse pas beaucoup de place à l’imagination, mais perso, ça me va!
 
L’enquête suit la trame d’un épisode finalement. Elle est plutôt classique certes, un type au premier abord riche et respectable meurt et on lui découvert un passé de flambeur, sa femme est un peu louche sur les bords elle aussi, bref ce n’est pas l’histoire du siècle. Mais l’intrigue est plutôt bien menée, il y a du suspense et on a envie de connaître la fin.
 
En résumé :
 
A lire pour les fans du Castle qui seront ravis de retrouver quelques clins d’œil à la série. Pour les autres, un bon policier, mais sans rien d’extraordinaire.
 
 
It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr

4 Thoughts on “Vague de chaleur, Richard Castle

  1. coucou
    j’adore Castle et j’amerais bien lire ce roman pour voir si me plait autant que la série.
    Bon week-end. 😉

  2. Il y en a d’autres de « lui », mais j’avais moyennement aimé celui-ci, du coup j’ai pas poursuivi la série des livres. Ni la série tout court d’ailleurs, j’avais aimé l’ambiance, mais je ne sais pas pourquoi j’avais arrêté :/

Gone reading, leave a message.

Post Navigation