Tag Archives: Laura Gallego Garcia

Idhun, Tome un: La Résistance, Laura Gallego Garcia

idhun1«Le jour où survient la conjonction astrale des trois soleils et des trois lunes, Ashran prend le pouvoir sur Idhun. Un guerrier et un magicien, exilés de cette planète, organisent la Résistance. Leur objectif : renverser Ashran et ses alliés, de redoutables serpents ailés. Or, Ashran a envoyé sur Terre Kirtash, mi-homme mi-serpent, en lui donnant pour mission de tuer deux adolescents, Jack et Victoria. Sauvés par la Résistance, ils découvriront qu’un lien mystérieux les unit au monde d’Idhun…»

Autant vous le dire de suite, cette lecture a été une horreur. Il n’y a pas d’autre mot pour la qualifier. Une horreur.

La première partie de l’histoire est assez moyenne. J’ai été très déçue de voir que la fameuse Résistance ne comptait que quatre personnes. Dont deux pré-adolescents. Tu parles d’une armée. Le prince héritier d’Idhun n’a AUCUN charisme. Mais aucun. Il ne semble même pas avoir envie d’y retourner. Son magicien qui l’accompagne est le sage du groupe (évidemment) mais reste assez en retrait. Leur combat se résume à rester cachés dans une maison entre deux mondes. Et à attendre. Quoi? Je me le demande aussi. Quant aux vilains, Kirtash a beau avoir 15 ans, ça ne l’empêche pas d’être l’assassin le plus efficace de la planète. Il est plus mentionné que présent dans cette première partie, mais je peux vous dire qu’il en tient une sacrée couche! Les personnages ne sont pas vraiment creusés, et on ne s’y attache pas. Ils restent superficiels. Prenons l’exemple de notre prince héritier d’Idhun (dont j’ai déjà oublié le nom), qui se fait torturer par le mage noir de Kirtash, et finit par fusionner avec un loup. Là où on aurait pu avoir un personnage vraiment complexe, qui lutte contre ses deux natures d’humain et de loup, on l’expédie plutôt faire le tour de l’Europe. Et comme ça, plus besoin de s’embêter à construire un personnage qui vaudrait le coup. Facile, pas vrai?

Avec des personnages aussi fades et sans grand intérêt, c’est dur de rallier leur cause. Je n’ai pas vraiment compris le sens de leur combat. Enfin, si, c’est pour délivrer Idhun de l’emprise du Nécromancien. Ce que je veux dire c’est que ça m’a laissé de marbre. L’univers qu’elle a créé aurait pu être vraiment sympa (des dragons, des licornes, de la magie et j’en passe) sauf qu’elle n’exploite rien. Tout n’est que dialogues avec d’interminables explications. La technologie moderne leur facilite grandement la tâche (merci Google Map), et j’ai trouvé que ça ne collait pas avec le reste de l’histoire. Je me suis sentie à des kilomètres des personnages, des lieux et des légendes d’Idhun.

La deuxième partie commençait à relever le niveau. Jack et Victoria ne se sont pas vus pendant deux ans. Ils sont devenus de vrais ados, et j’attendais beaucoup de leurs retrouvailles. Raté, là encore, c’est plat, c’est fade. J’aurais pu pardonner la mollesse (et la niaiserie) de nos deux jeunes en plein émoi mais il a fallu que l’auteur ajoute le fameux triangle amoureux. Comme si je n’étais pas assez irritée par des personnages qui ne servent à rien, j’ai eu l’immense joie de lire les pensées torturées de Victoria, dont le cœur hésite entre Jack et Kirtash. Après avoir roulé bon nombre de pelles à ces deux messieurs, elle décrète qu’elle aime les deux. Kirtash se dévoile un peu plus au contact de Victoria, et on apprend qu’il est doux comme un agneau, que son papa (le très méchant Nécromancien) ne l’aime pas et l’a transformé en arme de guerre. Allez Kirtash, pleure un bon coup, ça va passer. J’ai trouvé ça tellement frustrant: le triangle amoureux prend le dessus sur le peu d’intrigue qui existait. La Résistance, tout le monde s’en fout désormais.

A ce moment-là, je pensais que ma lecture avait atteint des sommets.

C’était sans compter le moment le plus wtf que j’ai lu depuis des années.

Kirtash est en réalité le digne héritier des 2 BE 3. Et oui, quand il ne passe pas ses journées à tuer tout ce qui bouge, l’ami Kiki est une pop star, adulé par des millions de filles hystériques et prépubères. Et c’est Victoria qui le démasque, lorsqu’elle assiste au concert de son chanteur préféré: Chris Tara. Même son nom de scène est nul. Je ne vous citerai pas les paroles de ses chansons, qui ont su toucher le cœur de Victoria, mais qui m’ont amené à penser que Justin Bieber, ce n’est pas si mal au fond.

Vous l’aurez compris: le jour, Kirtash est le tueur le plus redoutable de la planète, et la nuit, il se prend pour Hanna Montana.

Personnellement, j’ai trouvé ça ridicule. Je n’ai pas compris ce que ça apportait à l’histoire. Si ce n’est un bon moment de rigolade, et de moqueries.

Il est bien évidemment hors de question que je lise les tomes suivants. J’ai perdu assez de temps avec celui-là. Je reste sur une désagréable impression de facilité et de superficialité en ce qui concerne les personnages mais aussi l’intrigue. Le mélange du monde moderne et de la fantasy est complètement raté, et les quelques révélations de l’histoire sont très (très) prévisibles.

En résumé :

«And I was like baby, baby, baby, oh
Like baby, baby, baby, oh
Like baby, baby, baby, oh
I thought you’d always be mine, mine» *

tumblr_mtkap48Soj1s2dkruo1_250

* Je confirme, Kirtash aka Chris Tara, fait pire.

It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr