Tag Archives: Joe Hill

Cornes, Joe Hill

«Lorsqu’un matin des cornes lui ont ob_d7c517_cornespoussé sur la tête, Ig croit d’abord à une hallucination, un tour que lui joue son esprit rongé par la colère et le chagrin. Car depuis un an, depuis que sa petite amie a été violée et tuée dans de mystérieuses circonstances, il vit un enfer. Pourtant, les cornes sont bien réelles, et assorties d’un nouveau pouvoir qui incite quiconque s’approchant d’Ig à lui confier ses secrets les plus inavouables. D’abord torturé par ce macabre don, Ig a tôt fait de comprendre qu’il va pouvoir l’utiliser pour retrouver le monstre qui a assassiné Merrin et détruit sa vie. Il est temps de prendre sa revanche, de donner sa part au diable… Car en fin de compte, ce dernier ne nous comprend-il pas mieux que son éternel rival?»

Petite parenthèse avant de commencer ma chronique sur ce livre. Je discutais innocemment avec ma copine XenAddict (qui soit dit en passant m’a demandé de lire ce livre une bonne centaine de fois), quand j’ai appris la nouvelle. Joe Hill a un papa célèbre. L’idole de ma vie (non, ce n’est pas le fils caché de Patrick Swayze) grâce à qui j’ai connu mes premières terreurs littéraires. Au cas où vous ne l’auriez pas deviné, je parle de Stephen King. C’est là que je me suis dit qu’il était temps que je le sorte de ma PAL. J’ai profité du marathon de lecture pour me lancer. Alors est-ce que le fait de savoir que Joe Hill est la descendance du King a influencé ma lecture et mon jugement ? Très certainement.

Ignatus mène sa vie tranquillement, jusqu’au jour où sa petite-amie, la belle Merrin est retrouvée violée et assassinée. Ig est rapidement suspecté, mais faute de preuves, il est relâché. Il erre comme une âme en peine, en tentant tant bien que mal d’encaisser les commérages et autres affronts de l’opinion publique, qui le croit coupable. Après une énième gueule de bois, Ig se réveille avec des cornes sur le crâne. Des cornes qui poussent les gens à lui avouer leurs secrets les plus sombres. Ig se lance alors sur la trace du meurtrier de Merrin, prêt à tout pour la venger.

Je dois dire que je me suis un peu ennuyée. L’histoire traine pas mal en longueur. Il n’y a au final que peu d’action, ce qui est dommage parce que l’idée de départ est originale. Les flash-backs sont aussi beaucoup trop longs à mon goût. Même si Ig et Merrin sont mignons, c’est certain. J’ai trouvé que le lien entre ces flash-backs et le retour à la réalité était très décousu, et parfois, j’ai eu l’impression de lire deux histoires différentes. Ce qui fait qu’on lit de très bons -voire excellents- chapitres, mais aussi de moins bons, ou carrément moyens. On apprend très vite le nom du coupable, et j’avoue que de savoir qui a tué Merrin au tiers du bouquin a un tantinet gâché ma lecture. J’aurais voulu chercher avec Ig le coupable, et mener une véritable enquête.

Là où l’action peut faire défaut, les personnages sont eux très réussis. Joe Hill nous décrit parfaitement la noirceur de l’âme humaine. Les personnages sont en apparence gentils, serviables, bien propres sur eux mais grâce au pouvoir des cornes, on les découvre tous plus malsains les uns que les autres. Entre mensonges, hypocrisie, et petits secrets inavouables, tout le monde en prend pour son grade. Beaucoup de cruauté et de violence chez ces personnages, mais c’est aussi ce qui nous donne à réfléchir sur la frontière entre le bien et le mal. Ig n’y échappe pas non plus, puisque on le voit basculer vers la folie. Les cornes sont-elles un don ou une malédiction? Le voir lutter contre lui-même, contre ses démons est assez perturbant des fois, mais ce sont clairement les meilleurs moments du livre. L’auteur a pris le temps de bien décrire cette atmosphère pesante et c’est ce que j’ai adoré.

Je n’ai pas pu m’empêcher de comparer son style à celui de son cher père. Bien que les thèmes soient plus ou moins similaires, Joe Hill n’est pas un copié/collé de son père. Une touche d’humour noir bien à lui, un cynisme très efficace et des dialogues percutants, c’est ce que je retiens de l’écriture de Joe Hill.

En résumé:

Je suis assez confuse. Le récit qui s’essouffle vite m’a clairement pris la tête, mais l’univers sombre de Joe Hill, qui oscille entre fantastique et thriller, m’a fascinée. Joe Hill a du talent, c’est indéniable. Je pense lire ses autres livres, peut-être que le coup de cœur m’attend ailleurs!

It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr