Tag Archives: Cordelles

Détraqué, Héloïse Cordelles

couv12119292«Craig Hensley n’hésite jamais à utiliser ses poings dans une bonne bagarre, juste pour le plaisir de se défouler. Lorsqu’il sauve l’imprudente Patience Maitland des griffes de trois motards prêts à la violer, il devient un véritable héros à ses yeux. Cependant, il va lui démontrer qu’il est loin d’incarner le preux chevalier qu’elle s’imagine, en lui enseignant une cruelle leçon qu’elle ne sera pas prête d’oublier: ne jamais accorder sa confiance à quiconque? Et surtout pas à lui!»

Je tiens à préciser que la couverture ne m’a pas du tout influencé à me lancer dans cette lecture. Je ne suis pas comme ça, voyons.

 

Non, non, non et NON. Comme ça au moins, c’est clair. Pour tout vous dire, quand je pense à ce livre, j’ai la moutarde qui me monte au nez, et j’ai envie de tout casser.

tumblr_mz413luVsL1sp3bh6o3_400

J’ai même envisagé de laisser le Hulk qui sommeille en moi prendre le dessus. Mais le vert ne me va pas au teint. Pourtant, il m’a été chaudement recommandé par mon litchi d’amour Bouquineuse-Accro, qui m’a encouragée à élargir mes horizons en matière de lecture. Allez lire son avis, pour ne pas rester sur une note négative avec ce livre. Car ce qui suit, je le clame haut et fort, n’engage que MOI.

Ce livre n’est rien d’autre qu’un attentat, une agression violente contre la littérature. J’incite d’ailleurs la littérature à porter plainte. Mais halte là, je vous vois venir! Non, je ne suis pas élitiste en ce qui concerne les livres. Je lis de tout (la preuve), MAIS je pense que le style New Adult ne me correspond pas. J’ai l’impression de tout le temps lire la même chose, et ce livre n’échappe pas à la règle. En tout cas, je cherche encore la perle rare.*

Passons maintenant aux raisons qui font que ce livre m’a irrité le côlon.

Commençons avec les personnages. Est-ce qu’un jour on pourrait avoir une héroïne de NA avec un cerveau? Ou au moins une moitié de cerveau, ce serait déjà pas mal. Patience réussit l’exploit de cumuler tous les clichés possibles et inimaginables. Belle à tomber (mais sans s’en rendre compte), intelligente bien que naïve, orpheline, maltraitée par son oncle, trahie par sa meilleure amie et son mec, et… vierge. Bien sûr. Parce que dans les livres NA, les filles n’ont pas le droit de coucher avec d’autres personnes que le héros. Elles se réservent pour lui, voyez-vous. Parlons-en du héros tiens. Craig est beau comme un dieu grec, enchaine les conquêtes, et aime se bagarrer méchamment. Mais derrière ses airs de bad boy, se cache un homme au passé tumultueux et un secret aussi terrible que traumatisant. Là encore, pour l’originalité, on repassera. Entre la gourde sans cervelle qui tombe dans les bras du premier venu, et le type torturé qui en veut à la Terre entière, c’est du réchauffé. C’est ce schéma, commun à beaucoup de NA, qui me gêne. Un peu d’originalité et de caractère ne tuera personne, pas vrai?

Au niveau de l’intrigue, il y a du niveau là aussi. Comme vous l’avez compris, Patience a été trahie: sa meilleure amie couche en secret avec son petit-ami. Mais comment osent-ils? Tout ce scandale est digne d’une chanson de Vitaa -feat Diam’s of course-, et on sent que la tension monte. Patiente décide qu’elle en a marre de tous ces drames, et préfère aller faire la fiesta de son côté. C’était sans compter les trois pervers qui l’accostent, en pleine nuit. Jusqu’à ce Craig, tel un preux chevalier sur son destrier, lui sauve la vie, la ramène chez lui et décide de faire d’elle une femme. FIN. Ha ha, ok ce n’est pas tout à fait la fin, mais ça pourrait. Le reste n’est que coucheries, pseudo-romantisme et orgasmes non-stop. Craig finit par être vilain avec Patience (là encore, je suis surprise, je ne m’y attendais pas), qui part en pleurant. La vie est tellement injuste, vous ne trouvez pas? Et oui, c’est la fameuse rupture. Rupture qui ne durera pas, puisque Patience s’accroche à Craig comme une tique qui s’accroche à un chien. Mais Craig lui révèle enfin son secret et décide de se soigner. Parce que malgré tout, il l’aime bien son jouet Patience.

La fin est à l’image du reste: vite fait mal fait. Craig est envoyé à l’asile, histoire qu’il décompresse un peu, et Patience l’attend bien sagement. La maman de Craig, alcoolique, se guérit miraculeuse entre deux conversations philosophiques avec sa nouvelle belle-fille. Trop forte cette Patience, rien ne lui résiste. Pas même une pochtronne qui a 20 ans de carrière derrière elle. Tout est bien qui finit bien, chacun s’est débarrassé de ses démons. Craig aime Patience, Patience aime Craig. Le monde est beau. Le ciel est bleu. Les oiseaux chantent. Et mes nerfs lâchent.

Je vous promets que j’y ai mis tout mon cœur. J’ai bien essayé mais trop c’est trop. J’ai trouvé ce livre bourré de clichés. Mais surtout, je trouve ça désolant d’écrire une histoire avec des personnages féminins qui n’ont aucun respect pour elle-même. Est-ce que c’est le genre de message qu’on veut faire passer aux jeunes aujourd’hui? A savoir que c’est ok de traiter les filles comme de la merde, parce qu’elles reviendront, de toute façon, au galop. J’ai peut-être pris le livre trop au sérieux, mais c’est tout moi ça! Il fera sans une doute une bonne lecture de plage pour certaines!

En résumé:

Fuyez, pauvres fous.

* Si quelqu’un connait des titres de NA qui seraient susceptibles de me plaire, n’hésitez pas à me le signaler, ou à laisser le lien de vos avis. J’ai horreur de rester sur un échec, et je ne lâcherai pas l’affaire! Alors si tu veux m’aider à passer ce cap difficile en matière de lecture, tu sais ce qu’il te reste à faire! 

It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr