Tag Archives: Andrew Smith

Stand off, Andrew Smith

9780141354774

« It’s his last year at Pine Mountain, and Ryan Dean should be focused on his future, but instead, he’s haunted by his past. And somehow he’s stuck rooming with twelve-year-old freshman Sam Abernathy, a cooking whiz with extreme claustrophobia and a serious crush on Annie Altman—aka Ryan Dean’s girlfriend, for now, anyway. Equally distressing, Ryan Dean’s doodles and drawings don’t offer the relief they used to. He’s convinced N.A.T.E. (the Next Accidental Terrible Experience) is lurking around every corner.

Will Ryan Dean ever regain his sanity? »
 
Disclaimer: j’ai volontairement squeezé des passages du résumé. Non aux spoilers. Allez lire Winger plutôt.
 
Vous le savez depuis le temps: Ryan Dean West est l’homme de ma vie. Le fait qu’il n’existe pas en réalité n’est qu’un léger détail. J’ai attendu patiemment la sortie de ce second tome, que j’avais précommandé des mois en avance.
 
ET LE MESSIE EST ENFIN ARRIVE.

tumblr_m5qkw12sKr1rrouptOn retrouve donc Ryan Dean West lors de sa dernière année à Pine Mountain. Et les choses ont bien changé. Annie est officiellement sa petite-amie. O Hall, son ancien dortoir, a fermé ses portes. Certains de ses camarades sont diplômés, ce qui entraine des changements dans l’équipe de rugby. Mais surtout, Ryan Dean va devoir apprendre à surmonter la perte d’un proche. Sortez vos mouchoirs les amis, vous allez rire et pleurer avec Stand-Off.

Forcément, quand on sait comment s’est terminé Winger, on se doute qu’il n’y aura pas que des moments drôles dans ce tome. Ryan Dean fait face au deuil d’un être cher, il a perdu ses repères et ne trouve plus sa place. Je trouve qu’Andrew Smith a eu une excellente idée en créant N.A.T.E (the Next Accidental Terrible Experience), qui est une espèce d’ombre qui suit partout Ryan Dean, et qui lui provoque des crises d’angoisse. N.A.T.E est en réalité la représentation de l’anxiété, de la dépression de Ryan Dean. C’est sa façon à lui d’exorciser ce qu’il a vécu, en s’imaginant un personnage contre lequel il peut se battre (ou se laisser faire, au choix). Andrew Smith met N.A.T.E en scène dans les comics de Ryan Dean, avec beaucoup d’humour noir. Je trouve ça brillant et intelligent.

Heureusement, malgré la période difficile que traverse Ryan Dean, Andrew Smith garde son comique qui le caractérise. Un nouveau personnage fait son apparition en la personne de Sam Abernathy, qui partage désormais la chambre de Ryan Dean. Sam est l’un des personnages les plus hilarants et attendrissants qui existent. Leur relation est complètement loufoque. Sam est claustrophobe, ce qui complique grandement leur cohabitation. Il est obsédé par les chaînes de tv culinaires, le pop-corn et les pyjamas rigolos. Sam a 12 ans et le décalage avec Ryan Dean se fait sentir. Mais heureusement, il y a un mais: Sam Abernathy est LE personnage qu’il fallait dans la vie de Ryan Dean. Il est une vraie bouffée d’air frais, une bulle d’optimisme, un rayon de soleil.

On pourrait croire à certains moments que Ryan Dean est resté un gamin grossier, puéril, et obsédé sexuel. PAS DU TOUT. Mon élève préféré de Pine Mountain a bien grandi, il est devenu beaucoup plus mature. Sa relation avec l’adorable Annie prend un tournant sérieux, et c’est assez agréable de voir une relation saine, pour changer.

L’écriture d’Andrew Smith est toujours un régal. C’est drôle, touchant, et le tout est très bien dosé. Ryan Dean est un narrateur exceptionnel: il sait me faire rire aux éclats, et parfois, me faire pleurer. L’anglais est facile à lire (ceci est un sous-entendu subtile pour vous faire comprendre que vous n’avez pas d’excuse pour ne pas le lire donc hop hop hop on s’y met), et les comics de Ryan Dean sont toujours hilarants à découvrir, bien que parfois tristes. Mention spéciale pour quelques personnages qui sont juste parfaits : Spotted John (le roi de la connerie), Nico, et Seanie. J’aime absolument tout dans ce livre : les personnages, le mélange d’humour et de mélancolie, l’écriture et les comics d’Andrew Smith.

Je ne sais vraiment pas ce que je devrais faire pour vous convaincre de lire ces livres. Winger et Stand-Off sont deux trésors pour moi, et j’aimerais tellement que la Terre entière les découvre.

En résumé :

“Good books are about everything.”
― Andrew Smith

anigif_enhanced-7046-1415153452-1

It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr

Winger, Andrew Smith

 81W11G6n8TL« Ryan Dean West’s life is complicated. He’s a fourteen-year-old junior at Pine Mountain, a boarding school for rich kids. He’s stuck rooming with the biggest jerk on the rugby team in the dorm for miscreants and troublemakers. And he’s totally in love with his best friend, Annie, who thinks of him like a little kid. As Ryan Dean tries to get a handle on school, life, and rugby, he finds himself muddling through a lot of decisions and making some major mistakes along the way. But nothing can prepare him for what comes next. And when the unthinkable happens, Ryan Dean has to find a way to hold on to the important things, no matter what. »

Avant de commencer, je suis obligée de remercier Anne-So d’Echos de mots. En même pas trente secondes de conversation, elle a réussi à me faire mettre deux livres dans mon panier ET à passer commande. Well done, well done. Etant donné mon coup de cœur intergalactique pour ce livre, je ne peux que lui dire merci, et lui offrir ma reconnaissance à vie. Je t’ajoute donc sur ma liste des gens pour qui j’irais: cacher un cadavre, tuer quelqu’un à coups de pelle, et confronter un type aux cheveux gras. Merci donc!

Ryan Dean, surnommé Winger par ses camarades, est élève au pensionnat de Pine Mountain. Oui mais voilà, l’ami Winger est un gentil délinquant. Ok, j’abuse, il a fait deux/trois blagues pour s’amuser, mais ça lui a valu d’être résident au «Opportunity Hall», où tous les bad boys du pensionnat sont regroupés. Si je résume, Ryan Dean a trois passions dans la vie: le rugby, sa bande de potes, et Annie, sa meilleure amie. Obsédé sexuel notoire, Ryan Dean partage avec nous TOUTES ses pensées, des plus débiles aux plus touchantes. Parce que oui Annie est aussi la fille qu’il aime. Et oui, c’est dur d’être le plus jeune de la promo (Ryan Dean a 14 ans, et les autres, y compris Annie en ont 16). Pour être honnête, son histoire m’a rappelé mes années de prépa, où l’un de mes camarades avait deux ans de moins que nous. C’était le seul élève mineur de la promo, et avec le recul, je me dis qu’il en a bavé. Je vous rassure, il va bien hein, on ne l’a pas lynché ou attaché tout nu à un lampadaire!

Le livre en soi est déjà super cool. Regardez la couverture pour commencer: un ROUX. Alors oui il saigne du nez mais c’est un détail. Et quand vous l’ouvrez, vous trouvez une deuxième couverture qui m’a fait pousser un «ohhhh» de ravissement. Ryan Dean aime dessiner des petites BD, généralement sur sa relation avec Annie, et le lecteur en profite puisqu’elles sont glissées dans l’histoire! J’ai adoré pouvoir les lire, parce que ça rajoute une bonne couche bien épaisse d’humour, et que mon affection pour Winger grandit davantage à chaque découverte de ses dessins.winger_idJe dois maintenant faire une déclaration: Ryan Dean West est l’être le plus adorable de tous les temps. En deux pages, je me suis attachée à lui. Comme une moule à son rocher. Sérieusement, il est comme un petit poussin qu’on a envie de couver et de protéger. Ce qui est clairement l’opposé de ce qu’il souhaite. Ryan Dean est vraiment hilarant, chaque pensée (et les trois quarts du temps, c’est lié aux filles) m’a fait rire comme jamais. Il est attendrissant, drôle, et maladroit. Il a vraiment les pieds sur Terre, et sa tendance à se rabaisser constamment m’a beaucoup touchée. Le loser par excellence! Son histoire avec Annie est juste mignonne comme tout. J’ai beaucoup aimé les voir se chercher, notamment parce que Ryan Dean a la meilleure répartie du monde, et qu’Annie n’a pas la langue dans sa poche non plus. Quant à sa team, il y a évidemment les meilleurs amis de toujours, avec qui on sympathise d’entrée de jeu, mais aussi les vilains, les petits cons à qui on a envie de casser le nez à chaque fois qu’ils parlent. Joey, le BFF, est sans hésiter mon personnage préféré. Je n’ai qu’une envie: l’épouser. Alors, ok il est gay (et ok, il n’existe pas réellement), mais je reste convaincue que notre mariage aurait pu être heureux et éternel.

Andrew Smith aborde certains thèmes qui sont chers à mon cœur, à savoir comment survivre à l’adolescence. J’aurais aimé lire ce livre quand j’avais 14 ans, parce qu’en plus de me marrer, j’aurais pu en tirer des leçons, histoire d’éviter de me ridiculiser les trois quarts du temps. Ah l’adolescence, quel âge ingrat. Ici, l’auteur en parle avec tellement d’humour qu’on rêverait presque de retrouver sa tendre jeunesse (j’ai dit presque, l’acné, je vous le laisse). En plus des tourments existentiels qu’un jeune ado pré-pubère peut expérimenter, il y a quand même un thème assez sensible abordé: l’homosexualité. Et franchement, pour avoir lu quelques livres sur le sujet, c’est largement mon préféré sur ce thème là! Parce que l’auteur le fait tout en subtilité d’abord, à travers Winger qui se pose mille et une questions, et puis il finit par rentrer dans le vif du sujet, tout naturellement. Rien ne tombe du ciel, tout est très bien lié. C’est cohérent, et vraiment pas exagéré. Le paradis quoi!

La fin, on parle? MAIS POURQUOI MONDE CRUEL? Mon cœur a explosé en mille morceaux. J’ai fini par m’épuiser toute seule, à force de tant de larmes et de morve. Fœtus style. J’étais un peu sous pression quand je l’ai lu, alors il se pourrait, -il se pourrait-, que j’aie pris la fin très à cœur. Il n’empêche que celui qui n’est pas ému par cette histoire se dénonce, et je lui jetterai des cailloux.

L’écriture d’Andrew Smith est vraiment facile à lire, même en anglais. Il y a peut-être quelques vulgarités par ci par là, mais personnellement, je les ai trouvées tellement bien placées dans le contexte qu’elles m’ont fait beaucoup rire. J’ai trouvé l’histoire brillante et émouvante. Les histoires d’amitié me touchent toujours, souvent plus que les histoires d’amour, et ici, on a un bel exemple de bromance.

Il y a une suite, Stand-Off, qui paraitra en septembre 2015. Devinez quoi? Je l’ai déjà pré-commandée. Don’t judge me, quand j’aime, je fais des trucs bizarres. Ok non, n’allez pas vous imaginez des choses. C’est juste que j’aime tellement ce livre que je me dis qu’en septembre, une vague de folie peut très bien s’emparer des lecteurs, qui dévaliseront tout le stock, et au vu de ma relation chaotique avec Amazon, je pourrais ne jamais avoir le tome deux entre mes mains. Les amis, je crois que je suis paranoïaque…

En résumé:

BEST BOOK EVER. J’dis ça, j’dis rien moi…

It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr