Séquestrée, Chevy Stevens

«Annie a été séquestrée. Elle a passé douze mois en enfer dans une cabane perdue au fond de la forêt. Annie est libre, enfin, mais les séances chez le psychologue lui font revivre chaque minute. Annie est sauve, le plus dur est derrière elle. Du moins le croit-elle…»
 
Oh my. Je ne sais même pas par quoi commencer tellement je suis bouleversée. Annie O’Sullivan, 32 ans, est agent immobilier sur l’île de Vancouver, à Clayton Falls. Tout bascule le jour où Annie se fait kidnapper par un frappadingue alors qu’elle lui faisait visiter une maison. Elle avait une vie plutôt banale quand on y pense : un mec séduisant, une chienne qu’elle aime par-dessus tout, une mère légèrement casse-pieds (quelle mère ne l’est pas, en même temps), et une meilleure amie, Christina. Et c’est ça qui m’a fait peur : Annie c’est Madame tout le monde, c’est vous, c’est moi, c’est votre sœur, ou votre amie. C’est assez effroyable de penser qu’un truc pareil puisse arriver de nos jours, à n’importe qui. Il n’y a qu’à regarder Natascha Kampusch. Bref, la vie d’Annie ne sera plus jamais la même, vous l’avez compris.

Dès les premières pages, on plonge dans l’horreur absolue. Annie nous raconte son histoire, à travers ses séances chez la psychologue. Une psy qui est quasi inexistante au final, puisqu’elle n’intervient jamais. Annie parle, raconte son calvaire, et le lecteur est emporté dans un tourbillon d’horreurs. C’est ça aussi qui fait la force de ce livre, on se sent tellement proche d’Annie. Je n’ai pas pu m’empêcher de l’aimer dès la première page. On la voit se débattre avec ce qu’il lui est arrivé : la peur et la paranoïa qui la rongent, les crises d’angoisse, la solitude aussi, et le doute. Annie, enfin libre, tente de retrouver une vie normale, mais n’arrive pas à se défaire de l’emprise de ce psychopathe. Elle a du mal à gérer le comportement des gens envers elle, notamment celui de ses proches, et des journalistes. Alors elle se réfugie dans son placard, et se coupe peu à peu du monde.
 
Le kidnappeur, baptisé, très justement, le Monstre, enlève donc Annie (en plein jour), et la séquestre dans une cabane pendant un an. Un an. Autrement dit, une éternité. L’auteur ne nous épargne aucun des sévices que ce sociopathe lui a fait subir, à travers des flashbacks qu’Annie revit pendant ses séances. Il lui impose un règlement à suivre (que même la Corée du Nord n’imposerait pas), des viols quotidiens, des coups, des humiliations à répétitions, et j’en passe. Bref, une véritable torture physique et psychologique. Annie n’omet aucuns détails, et j’avoue que certains passages m’ont mise un peu mal à l’aise. Je suis une petite nature, alors certains moments ont été éprouvants à lire.
Le Monstre est l’un des pires psychopathes en puissance qu’il m’ait été donné de voir. Ce type n’est juste pas humain et pourtant… Je n’ai pas pu m’empêcher de ressentir une once de pitié pour lui. Le type est taré on est d’accord, mais certains moments m’ont fait mal au cœur pour lui (loin de moi l’idée de justifier ses actes, je ne connais aucune excuse valable à ce qu’il a fait). J’ai donc trouvé ça assez perturbant et dérangeant. Et Annie pose très justement la question : le fait de ressentir un peu d’empathie pour lui fait-il d’elle un monstre ? (Syndrome de Stockholm?)

Il y a une chose dont j’ai envie de parler, mais vraiment ce serait vous spoiler. Je dirais juste que ça donne matière à réfléchir (et ça me donne mal au crâne par la même occasion). Quand je me dis que ce genre de chose arrive en vrai de vrai, ça me fait froid dans le dos.

La seule «critique» que je pourrais émettre, et encore, c’est par rapport au personnage de Gary, l’enquêteur en charge de l’affaire Annie O’Sullivan. J’ai bien apprécié son personnage, mais je trouve qu’on le voit trop peu. J’aurais bien aimé que sa présence soit un peu plus développée. 

Le dénouement est juste incroyable. La fin a fait l’effet d’une bombe. Annie et le lecteur en prennent plein la figure, et ça fait mal. J’ai du mal à m’en remettre, je crois qu’il faut faire une pause après cette lecture. Histoire de digérer le pourquoi du comment… Hallucinant.

Au niveau de l’écriture, l’auteure arrive décidément à faire monter le suspense tout au long du livre. Avec une narration claire, précise et fluide, mais sans tomber dans le mélo (cf les téléfilms de l’après-midi sur M6 ou TF1), l’auteure nous livre une analyse psychologique des personnages extrêmement juste et fine. J’ai apprécié le fait d’alterner les flashbacks et le présent, ça laisse au lecteur quelques moments de répit (même si au final, le Monstre est partout).
 
En résumé: 
 
A lire absolument si vous aimez les thrillers psychologiques, le genre qui vous retourne le cerveau dès les premières pages.  Ce qui est sûr, c’est que c’est un énorme coup de cœur pour moi. 
  
It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr

19 Thoughts on “Séquestrée, Chevy Stevens

  1. Heureuse que ça t’ait plu ma belle 😀 !

  2. Je suis vraiment très tentée !! Pas un sujet très gai, rien que le résumé fait flipper… Mais j’ai envie de le lire !!

  3. Oula oula OULA ! Il va falloir que je mette la main dessus, c’est TOTALEMENT mon genre ça =D

  4. Ca a également été un très coup de cœur pour moi, ce livre nous décrit l’horreur absolue, et pourtant c’était super prenant! Quant à la fin… J’en ai des frissons rien que d’y repenser!

  5. hé ben j’avoue que je suis intriguée, ton avis est magnifique. L’histoire semble vraiment intense et c’est vrai que je suis curieuse d’apprendre tout ce qu’Annie a traversé. Merci pour la découverte!

  6. J’en garde un très bon souvenir! Et j’ai vraiment été bouleversée par la révélation finale, quelle horreur!!

  7. Ca fait plusieurs fois que je vois de très bon avis dessus, je vais devoir aller voir ça de plus près ! J’adore ce type de thriller.

  8. J’aimerais beaucoup le lire ^^

  9. Il faut vraiment que je me procure ce bouquin, je n’ai lu que de bons avis !

  10. OUIOUIOUIOUIOUIOUIIIIIIIIIIIIIIIII !
    Parfaite chronique, très chère. Tout à fait ce que j’ai ressenti en lisant moi-même ce roman.
    Brrr.

  11. Haaaaan je veuuuuuuuux !!!!! *.*

  12. Il est dans mon panier sur amazon, je suis pressée de le lire, il a l’air d’être super. En même temps je suis une grande adepte des thriller ^^. Bisous

  13. Oh my ! Ça m’a l’air vachement hard ton truc ! Mais comment est-ce que tu arrives à me donner envie de lire ce genre de livre, alors que ce n’est franchement pas mon style de lecture ?? Tu m’expliques dis ??
    Bon, direction ma WL, j’ai pas le choix là !

  14. brrr, ça me fait un peu froid dans le dos quand même… mais j’ai noté que c’était un coup de cœur. 🙂
    Et tout le contexte psychologique que tu cites, la révélation finale, m’intriguent au plus haut point.

  15. Il est juste ouuuuuf ce livre !!! (Désolée pour le niveau littéraire de ce commentaire !)

  16. Ce livre a l’air vraiment bien. En plus, comme il est déjà sorti en poche, aucune raison de ne pas le mettre dans ma wish list ^^

  17. Enorme coup de coeur pour moi aussi. Je regrette juste de ne pas l’avoir lu plus tôt. La sensation de réalité et le fait que l’héroïne soit justement madame-tout-le-monde sont la grande force du livre.

  18. Ce livre me tente bien!

  19. Fiouf ça a l’air puissant comme bouquin! je note le titre!

Gone reading, leave a message.

Post Navigation