Le Maitre des Illusions, Donna Tartt

cvbn« Fuyant sa Californie natale, bourse en poche, Richard doit son entrée à l’université de Hampden, dans le Vermont, à son opportunisme bien plus qu’à son talent. Prêt à tout pour arriver haut, et vite, le voilà introduit dans la classe du professeur Julian, vouée à l’étude des Anciens, grecs et latins. Bastion de savoir et de snobisme, la petite communauté vit en vase clos, avec deux mots d’ordre : discipline et secret. Très vite, Richard devine sous le vernis des apparences une tache indélébile, du rouge le plus sombre. »

LC avec La planque à libellules

Poussées par notre enthousiasme pour la très génialissime série How To Get Away With Murder, ma libellule et moi-même avons pris le temps de chercher minutieusement une lecture dans ce genre-là. Et bingo, je tombe sur un article qui détaille quelques titres de livres qui se rapprochent de la série. Notre choix a fini par se porter sur ce livre. Erreur fatale.

Mais qu’est-ce que c’est que ce livre?! Je ne comprends plus. Je me sens trahie, on m’a vendu du rêve, et je me retrouve avec un cauchemar de 700 pages. Mensonges et calomnies.

Des étudiants en Grec Ancien commettent un jour un meurtre, à la suite d’une soirée qui tourne mal. Meurtre qui est en fait accidentel, mais avec la panique et la quantité d’alcool qu’ils ingurgitent, ils préfèrent abandonner le cadavre. Et garder le secret. Jusqu’à ce que l’un d’entre eux ne puisse plus vivre avec. Alors le groupe décide de l’éliminer, tout simplement.

Richard, notre narrateur, cache le fait que sa famille ne soit pas riche, et tente par tous les moyens de s’intégrer à la bande. Et quelle bande. Sérieusement, quand on voit les personnes qui la composent, on se demande pourquoi Richard veut tant y entrer. Tous des snobs. Je n’en ai trouvé aucun sympathique, ou drôle, ou juste gentil. Bunny est l’idiot du village, il passe son temps à dépenser de l’argent qui n’est pas le sien. Francis est l’homosexuel refoulé du groupe, et à la rigueur, c’est peut-être lui que j’apprécie le plus. Parce qu’au moins, il m’a fait ressentir quelque chose, même si c’est de la peine. Tout gang se doit d’avoir un brillant intellectuel dans ses rangs, et c’est chose faite avec Henry (qui a quand même de sérieux problèmes relationnels, il faut le dire). Enfin, nous avons les jumeaux, Charles et Camilla (on en parle, du choix des prénoms?) qui sont fusionnels, mais à un point… Eww, mille fois eww! En règle générale, les personnages m’ont laissé de marbre. Je ne comprends pas l’intérêt que Richard peut leur trouver. Impossible de s’attacher à quiconque, tellement ils sont froids, distants, inhumains, cruels et surtout bêtes comme leurs pieds. Considérés comme la crème de la crème des étudiants de leur fac, les mecs ne trouvent pas mieux à faire que d’organiser des bacchanales –aka des orgies à la romaine- (avec tous les rites étranges et barbares qui vont avec). Le récit de leur transe, mortelle, puisque c’est avec un meurtre que tout commence, est vraiment ridicule. Mais ridicule. Je préfère avaler du liquide vaisselle que de relire un livre pareil.

Il y a un autre personnage, qui est soit disant important, puisque c’est le professeur de Grec Ancien de nos étudiants trépanés du bocal. Là encore, je suis perdue. Je pensais lire un livre sur des étudiants menés à la baguette par un professeur charismatique, avec beaucoup d’influence. C’est du vent tout ça, non seulement je l’ai trouvé peu présent, mais en plus Julian met les voiles dès qu’il réalise que les actes de ses étudiants risquent de lui causer du tort. Ce type est juste une vieille chaussette.

En plus de personnages aussi charismatiques et sexy que Julien Lepers, j’ai trouvé ce roman tellement long. J’ai déploré l’absence d’action. Il n’y a quasiment que du descriptif, et c’est vite devenu lassant. J’ai l’impression que l’auteure s’est donnée à fond pour endormir ses lecteurs. Je me suis ennuyée du début jusqu’à la fin, et j’ai cru que j’allais devoir finir ce livre sous perfusion. Même les passages qui auraient pu être palpitants sont ratés et retombent instantanément. Je pense notamment à la fin, ou un peu d’action pointe le bout de son nez. De beaux passages WTF sont bien mis en avant, et comme vous pouvez le voir, on a eu du mal (la réaction de Chicky, les bulles grises, est parfaite):lemaitredesillusionsJe finirai par vous dire que, quitte à lire ce livre, choisissez la VO. Mon dieu mais qu’est-ce que c’est que cette traduction? Pierre Alien, tu as déconné là. Au départ, je pensais que la façon de parler des étudiants venait de leur côté méprisant et hautain, mais avec le temps, certaines expressions ont commencé à me gêner. Je reste relativement sympa sur ce point-là, mais je sais que Chicky a la rage du Bronx face à cette traduction!ghjkJe ne peux pas m’empêcher de partager nos réactions, parce que Chicky (toujours les bulles grises) m’a tellement fait rire. Au final, c’est le seul bon point de ce livre. J’ai passé un excellent moment avec Chicky, on s’est soutenues moralement pour finir ce qui relève du terrorisme littéraire. Vive nous j’ai envie de dire!

Je ne comprends pas comment les critiques peuvent être aussi bonnes (voire excellentes, Donna Tartt a même reçu un Pulitzer pour un autre livre), mais en même temps, un nombre incalculable de lecteurs s’est ennuyé. Je suis complètement passée à côté.

En résumé:

EPIC FAIL pour notre première LC! Je n’ai pas su voir le génie qui se cache dans Donna Tartt. Il a peut-être envie de jouer à cache-cache avec moi, mais je suis fatiguée de le chercher.

L’avis de ma libellule (elle au moins, a eu une jolie édition) est par

It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr

30 Thoughts on “Le Maitre des Illusions, Donna Tartt

  1. AH mon dieu j’ai ri ! J’ai tellement ri !! Tu es géniale, c’est toi qui aurait du avoir le Pulitzer laisse-moi te le dire !! <3

  2. Donna Tartt me tentait énormément… Du coup, je vais peut-être passer pour le moment !

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/31/2015 at 11:12 said:

      Peut-être que ça te plaira, sait-on jamais… Mais j’espère que tu as du temps devant toi, ça risque d’être une longue lecture^^

  3. Ah mince, c’est vrai que pour le coup je comprends pourquoi tu en attendais beaucoup et là…. je crois que je vais passer.

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/31/2015 at 11:16 said:

      J’en attendais énormément, donc ma déception a été proportionnelle! Dommage^^

  4. Ta critique me conforte dans l’idée que j’ai bien fait de ne pas le piquer à ma mère (qui l’a lu et qui n’a pas aimé du tout du tout du tout). Il y a trop de bon bouquins à lire. Au suivant !

  5. Eh ben je crois que je passe mon tour, hein!!
    Reusement que c’était une lecture commune, au moins, vos écahnges vous laisseront de bons souvenirs!! 😉

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/31/2015 at 11:25 said:

      Oui heureusement qu’on aura bien ri toutes les deux 😉

  6. Dommage il avait l’air sympa, bon je passe. ^^

  7. Ah ah ! Je ne lirai peut-être pas ce livre, mais vous aurez eu le mérite de me faire rire les filles ! ^^

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/31/2015 at 11:24 said:

      C’est déjà ça, parce que ce n’est pas ce livre qui te donnera envie de rire je pense^^

  8. Oh bah mince. Grand sourire quand j’ai vu que tu avais chroniqué ce livre ; le contexte avait l’air très sympa, j’étais sûre de l’ajouter à ma wishlist. Mais non ahah, je ne vais pas me donner cette peine. Dommage pour votre lecture commune, j’espère que ça sera mieux la prochaine fois 😉

  9. Oh m… il est dans ma PAL (à mon corps défendant, je l’ai récupéré chez une copine qui se séparait de plein de bouquins)…
    En tout cas j’ai bien ri! ^^

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/31/2015 at 11:23 said:

      Haha tu peux peut-être t’en servir comme cale meuble?! 🙂

  10. Je vais me résoudre à faire l’impasse mais en revanche, je note le nom de la série : je ne connaissais pas ! 😉

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/31/2015 at 11:22 said:

      La série est vraiment chouette, il y a du suspense, de l’action et surtout des personnages vraiment intéressants!! Rien à voir avec le livre donc!

  11. Ah ben merci de m’éviter de le lire! Parce que moi les professeurs de grecs anciens ça me fait quelque chose et j’aurai pu craquer facilement!

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/31/2015 at 11:21 said:

      Peut-être que Julian te plaira, mais c’est vraiment dur de lui trouver quelque chose…

  12. Ouh là. Je vais passer mon chemin.
    « Aussi sexy et charismatiques que Julien Lepers » tu m’as tuée là ! J’étais morte de rire 😀

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/31/2015 at 11:20 said:

      Je n’ai rien contre Julien Lepers, mais niveau sexytude, on a fait mieux 😉

  13. J’ai un peu peur avec cet auteur, mon quinzième sens (oui, oui, je t’assure! lol) sans aucun doute. Et euhhh… Je crois que je vais passer mon tour, parce résumé alléchant, mais alors vu vos sms (qui valent leur pesant de cacahuètes!!lol), j’ai un peu peur qu’il y ait tromperie sur la marchandise…

  14. Un cauchemar de 700 pages… Là tout de suite, j’ai moins envie de découvrir ce livre 😛

  15. Je passe haha! Un grand merci pour ce billet divertissant 😉

  16. Haha, ta chronique m’a bien fait rire xD Je me retrouve tout à fait dans tes impressions de lecture, ce livre m’était tombée des mains, aussi ‘_’

  17. je ne partage pas ta déception mais je suis complètement d’accord rapport à Julian ^^

Gone reading, leave a message.

Post Navigation