La Sélection tome trois: L’Elue, Kiera Cass

«La Sélection a bouleversé la vie de trente-cinq jeunes filles. Déchirées entre amitié et rivalité, les quatre candidates encore en lice resteront liées par les épreuves qu’elles ont dû surmonter ensemble. Entre les intrigues amoureuses et celles de la cour, c’est une lutte de tous les instants pour demeurer fidèles à leurs idéaux. America n’aurait jamais pensé être si près de la couronne, ni du cœur du Prince Maxon. A quelques jours du terme de la compétition, tandis que l’insurrection fait rage aux portes du Palais, l’heure du choix a sonné. Car il ne doit en rester qu’une…»

WATCH OUT : CHRONIQUE GARANTIE 100% SPOILERS. Vous êtes prévenus, les lettres capitales sont assez explicites je pense, passez votre chemin si vous comptez le lire bientôt! Pour les autres, je vous invite à découvrir pourquoi cette saga est la pire que je n’ai jamais lue.

 
Comme vous le savez, le tome 1 de La Sélection m’avait plus ou moins plu. J’attendais donc beaucoup des tomes suivants. Et la dégringolade a commencé avec le tome 2… Mais en princesse guerrière que je suis, je me suis lancée dans le tome 3, parce que l’espoir fait vivre dit-on.
 
Ma lecture a très mal démarré. Rien qu’en lisant la dédicace de l’auteur, j’ai cru que j’allais tourner de l’œil devant tant de niaiserie. Jugez donc un peu :
 
«Pour Callaway, le garçon qui a grimpé jusqu’à la cabane de mon cœur et m’a laissée couronner le sien.»
 
Voilà voilà. On lui dira, hein.
 
Bref, il semble que dès les premières pages, America ait finalement choisi l’élu de son cœur. Et pour le coup, c’est assez étrange de la voir sûre de son choix. Surtout que ce choix, c’est Maxon. America tente donc de lui faire comprendre qu’elle l’aime, et qu’elle veut sa fortune et sa couronne, euh non qu’elle veut son cœur pardon. Rien de nouveau sous le soleil, c’est du je t’aime moi non plus. Quelques trahisons à deux balles, des disputes, des réconciliations et des belles robes. La conclusion de ce triangle est une des pires que je n’ai jamais lue/vue. C’est trop pour moi. Apportez-moi un pieu ou une corde pour en finir. Remarque, à ce niveau-là, même une petite cuillère m’irait parfaitement. America finit donc par épouser Maxon (étonnant), et elle est même conduite à l’autel par…Aspen. Sérieux. Le pauvre troll essaye de la récupérer depuis deux tomes, mais non il se contente d’être jeté comme une vieille chaussette (sale), et en plus il lui sert de back up plan. Et on va faire de cette fille une reine. Mon dieu que je n’aimerais pas vivre là-bas. J’ai trouvé ça tellement cucul. Tout finit bien dans le meilleur des mondes. C’est trop simple.
 
Au niveau de l’intrigue, je n’ai qu’une chose à dire : WHAT THE FUCK ? Je ne comprends pas quel est l’intérêt d’écrire un livre où l’intrigue principale passe carrément à la trappe dix pages avant la fin. Et ça se prétend une dystopie, bah voyons. Sérieusement, le début n’avait pas trop mal commencé. Les passages avec August et Géorgia, nos gentils Renégats, semblaient indiquer que l’auteur allait enfin se bouger le derche pour nous écrire une intrigue de folie. Et bien non. Trop d’espoir tue l’espoir. Les pseudos révélations s’enchainent les unes après les autres, et mes yeux roulent carrément dans leurs orbites. Papa était un Renégat du Nord ? Oh mon dieu mais oui tout s’explique. La pimbêche de service est en fait une fille super sympa ? Allez viens, on se fait des tresses en se racontant nos secrets. Je vous jure que je n’exagère pas, je l’ai ressenti exactement comme ça.
 
Entre deux trois rebondissements dignes d’un James Bond (America se prend une balle tout de même, il y a du niveau…), l’action stagne à mort. Plus j’avançais dans ma lecture, et plus je me demandais comment l’auteur allait régler le conflit avec les vilains Renégats et l’abolition des castes. Et finalement, elle règle le conflit comme elle a écrit sa saga : à l’arrache. Le tout est en effet expédié en moins de 10 pages. Lors d’une énième attaque des rebelles au château, America trouve du répit dans son célèbre refuge (où elle y passe le plus clair de son temps lors des batailles). Et puis lorsqu’elle en sort, elle découvre que les Renégats ont été matés. Voilà. Sans plus d’informations. La guerre est finie. Maxon se retrouve couronné (the king is dead, et rien à voir avec la mort de Mufasa dans le Roi Lion), et décide comme ça d’abolir les castes. Voilà. L’intrigue est donc plus que survolée, elle n’a strictement servi à rien dans cette histoire. Les choix de l’auteur sont pauvres, attendus, et tellement faciles. C’est le mot: Kiera Cass a choisi la facilité.
 
Le style d’écriture est fluide, sans rien d’exceptionnel non plus. Avec des répliques plus niaises les unes que les autres, on a droit des beaux moments d’anthologie : 

-Brise moi le coeur, murmure-t-il. Brise le cent fois si ça te chante. De toute façon, il a toujours été à toi.
-Chut.
-Je t’aimerai jusqu’à mon dernier souffle. Chaque battement de mon coeur t’appartient. Je ne veux pas mourir sans te le dire.
-Arrête, s’il te plait. N’abandonne pas, Maxon. Je t’aime, s’il te plait, tiens bon! 


(C’était le moment crucial où on a tous cru que Maxon allait passer l’arme à gauche, et non en fait. Ascenseur émotionnel quand tu nous tiens…)


En résumé:
 
Je ressors de cette saga écœurée. J’ai l’impression que l’auteur se fout de nos gueules. Le coté dystopie est si vite expédié qu’on se demande s’il existe vraiment. Le triangle America-Maxon-Aspen dégouline de bons sentiments, j’en ai la nausée. J’ai clairement perdu mon temps avec cette saga, c’est bien dommage. 
  
It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr

26 Thoughts on “La Sélection tome trois: L’Elue, Kiera Cass

  1. Bon j’avais pas envie de le lire à la base mais là encore moins :D. Excellent billet ma belle ! J’ai pas pu m’empêcher de rire du début à la fin même si je ne connais absolument rien de l’histoire.

  2. Les couvertures donnaient plus ou moins envie, après j’avoue que je l’ai tellement vu partout que je n’ai pas eu particulièrement envie de le lire… Du coup j’ai lu ta chronique garantie 100% spoilers. Et j’ai ADORÉ ! Mon dieu ce que tu me fais rire ! On ne se connaît pas en « vrai », mais tu as des expressions que je pourrais dire moi-même, j’adore, j’adore, j’adore. Merci, tu as éclairé cette fin de journée 🙂

  3. C’est vrai que l’intrigue est un peu (beaucoup) mise de côté, mais bon j’ai quand même bien aimé la relation America-Maxon (je ne peux pas me sentir Aspen)
    Dommage que la série ne t’ait pas laisser une bonne impression globale

  4. J’avais lu le premier tome pour la couverture et je n’ai pas aimé plus que ça ^^’

  5. J’ai survolé ta chronique par peur des spoilers mais ta conclusion me fait froid dans le dos ! Le tome 3 est dans ma PAL, j’espère qu’il ne me décevra pas autant que toi (en même temps je n’en attends rien). Mais au pire ça fera joli dans ma bibliothèque :p

  6. Tu as eu du mérite de persévérer sur une lecture qui te décevait.
    Ton billet est excellent et m’a bien fait rire 🙂

  7. Je n’ai lu que les dernières lignes de ta chronique pour éviter les spoilers… Moi qui hésitais, ben je crois que je vais vraiment vraiment encore plus hésiter! lol

  8. Oh mince c’est vraiment dommage. C’est toujours délicat d’avoir des derniers tomes comme ça parce que soit ça passe soit non… Je n’ai pas encore tenté la trilogie mais pour une fin pareille je ne sais pas si ça vaut le coup…

  9. Ouch ! Je comprends mieux le commentaire que tu m’avais laissé ! C’est vrai que ce n’est pas palpitant et bourré d’actions, je n’en ressors pas moins aussi séduite qu’au premier tome ^^ Mais je peux comprendre que cette trilogie ne marche pas avec tout le monde. Au moins, cela révèle ta persévérance, même si c’est dommage que tu aies été autant déçue…

  10. Personnellement, comme tu l’as vu dans ma chronique, j’ai adoré mais je comprends totalement certains de tes points, notamment sur le manque d’information à la fin. 🙂

  11. Houla, comment lire ton avis m’a refroidi ! Du coup j’appréhende plus mais je vais y arriver… Il faut que je le lise… Pour savoir…

  12. Comme toi, déjà dans le 2 j’avais beaucoup moins accroché à cause d’America dont je n’ai pas supporté le caractère et les arrières pensées. Elle est fausse avec ses deux hommes. Et à côté de ça, on nous la fait passer pour celle qui à l’âme et le bonté d’une future reine. Celle qui va risquer sa vie pour les autres.
    Et dans le 3 : celle (et la seule) qui a tout compris de la justice. Sauf qu’elle semble penser qu’il suffit de changer de robe pour avoir une nouvelle personnalité. Et en plus on perd l’ambiance « enfer de la téléréalité, avec les coups pourris entre nanas. La fin est archi baclée. Bref, je te rejoins sur tous les défauts que tu as trouvés. Enfin ça a le mérite de se lire vite.

  13. Je l’ai fini cet aprèm, et je trouve que c’est le moins pire des 3…

  14. Tu m’as bien fait rire et c’est exactement ce que je penses de ce tome. J’ai faillit abandonner cette lecture mais mon copain m’a conseillé de la continuer car c’était le dernier tome. Quel perte de temps ! Bisous

Gone reading, leave a message.

Post Navigation