La Sélection, tome 2: L’Elite, Kiera Cass

«La Sélection de 35 candidates s’est réduite comme peau de chagrin, et désormais l’Élite restante n’est plus composée que de 6 prétendantes. L’enjeu pour ces jeunes filles ? Convaincre le Prince Maxon, le Roi et la Reine ses parents, qu’elles sont les mieux à même de monter sur le trône d’Illéa, alors que deux factions de rebelles veulent faire tomber la monarchie. Pour America Singer, demeurer au palais est encore plus compliqué : ses sentiments envers Maxon viennent se heurter à l’amour qu’elle éprouve depuis l’enfance pour Aspen, garde royal qu’elle croise tous les jours dans les galeries, et à son sens aigu de la justice trop souvent déçu par les décisions royales… Entre intrigues de cour, dilemmes tragiques et loyautés divisées, America navigue à vue dans la tourmente, en quête du déclic qui changera à jamais le cours de sa vie…»
 
Alors là, je proteste. J’accuse même (Zola si tu passes par là, spéciale dédicace buddy).
 
Le nombre de candidates à la Sélection diminue, elles ne sont plus que six à se battre pour le prince Maxon. America, qui fait partie du lot, nous prouve une fois de plus qu’elle n’a aucune volonté. Pitié, quelle quiche cette fille! Je conçois qu’elle se tâte entre Maxon et Aspen dans le tome un, mais au bout d’un moment, il faut se décider! Et c’est ça son problème. America est la pire girouette du monde : Maxon est l’homme de sa vie au début du livre. MAIS, il ose regarder une autre nana plus de deux secondes et demi, et c’est fini, America ne l’aime plus, elle se sent délaissée et change d’avis : Maxon n’est pas fait pour elle. Elle repasse alors en mode Aspen, et nous ressert ses tirades sur le true love (paye tes clichés). Achevez-moi de suite. Sérieusement, c’est quoi son délire? Je vous promet qu’en moins de 10 pages, elle arrive à changer d’avis, et avec aplomb par dessus le marché. Oui parce ce qu’en plus de changer d’avis autant de fois qu’on change de culotte, America le fait avec une certitude affligeante. A chaque fois, elle est convaincue que sa décision est la bonne. Ce qui rend le tout absolument pas crédible, et je n’ai pas pu m’empêcher de me demander si America ne souffrait pas d’un désordre mental. Pour couronner le tout, elle se donne des airs de pseudo rebelle qui m’horripilent… J’ai l’impression qu’elle agit pour « faire bien », et pour qu’on lui dise qu’elle a « un cœur noble » (expression employée plusieurs fois dans le livre, il faudrait penser à varier). En clair, America a des gros soucis dans sa tête, je suis limite inquiète pour sa santé mentale.
 
Quant aux mâles pour lesquels America tombe en pâmoison à chaque regard qu’ils lui lancent, il y a aussi de quoi dire. Maxon, petit prince pourri gâté, me sort par les yeux. Ce type a le charisme d’un animal mort. Et alors le truc qui me fait hurler : Monsieur, qui nous bassine avec ses sentiments soit disant hyper profonds pour America, n’hésite pas à lui faire savoir qu’il a une rebound girl sous la main, au cas où America déciderait de lui balancer un rateau dans la tronche. Je ne suis pas sûre que cette technique de drague soit vraiment efficace. Sérieusement, moi on me dit ça, et je lui met un coup de genou bien placé! Je veux bien qu’il ait des obligations et blablabla, mais quand même, il abandonne bien vite pour quelqu’un qui se déclare in love… Je ne suis pas convaincue. 
 
Aspen, c’est une autre histoire! Enfin quelqu’un de viril dans ce livre! Il me plait beaucoup, et il a l’air sincère avec America. Il ne se voit pas avec une autre fille (contrairement à l’autre pingouin). Je joue donc officiellement dans la team Aspen. Même si America ne le mérite pas vraiment.
 
Le reste de l’histoire n’avance pas beaucoup. Je déplore la non présence des caméras. Moi qui adorait le concept à la Bachelor, il n’est pas vraiment exploité. C’est bien dommage. Un tout petit peu plus d’action en ce qui concerne les renégats, on a droit à quelques attaques. Même si apparemment, il est assez facile d’attaquer le château… Mais on n’est pas plus avancés sur le pourquoi du comment. Au niveau des autres filles, on se retrouve avec deux candidates en moins, c’est déjà ça. On découvre un peu plus leur personnalité, et c’est plutôt sympa! C’est un bon point, et vu le peu de positif que j’ai à dire, il faut le souligner!
 
Le petit plus: Marlee et son soldat. J’adore les histoires de starcrossed lovers, et ils sont parfaits dans ce rôle. Ça rajoute un peu d’action. Et j’aime beaucoup Marlee, elle est adorable!
 
En résumé :
 
J’attendais tellement de ce tome 2. Et je retrouve une America plus bête que ses pieds, une intrigue qui n’avance pas, et un prince qui est aussi séduisant qu’un rat crevé. Dieu merci, Aspen apporte un peu de testostérone dans ce monde de guimauve. Le tome 3 a vraiment intérêt à remonter le niveau, parce que sinon, cette trilogie sera une grosse déception pour moi!
 
It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr

10 Thoughts on “La Sélection, tome 2: L’Elite, Kiera Cass

  1. Ton avis est similaire au mien, c’est mou du genoux cette suite ! Moi qui avait dévoré le premier tome, quelle déception !

  2. Ta chronique m’a fait mourir de rire, je dois bien l’avouer xD Même si, dans l’ensemble, je n’ai pas eu le même ressenti que toi, je ne peux pas m’empêcher de penser que tu es dans le vrai : America est clairement une girouette, et Maxon un goujat opportuniste. Qu’est ce que cela va donner dans le troisième tome ? On se le demande… Bref, tu m’as fait rire, merci, merci, merci !

  3. J’adore ta chronique ^^. Je n’aime vraiment pas America, dommage vu que c’est l’héroïne de la saga. Bisous

  4. Perso, j’ai beaucoup aimé ce 2e tome mais je n’ai pas pu m’empêcher de beaucoup rigoler en lisant ta chronique ^^ Puis bon, pour le côté girouette d’America, je suis bien d’accord !

  5. J’ai également trouvé America trop girouette et tête à claques, et Maxon un peu volage, mais j’avoue que malgré les défauts de ce livre j’ai bien envie de connaître la fin…
    En tout cas ta chronique m’a bien fait rire! ^^

  6. Sympa la petite référence à Zola ^^
    Je n’ai pas encore commencée la saga (le tome 1 attend sagement dans ma PàL)
    mais ton avis me fais déjà un peu peur pour le 2, mais je pense qu’en étant préparer à ce à quoi il faut s’attendre ça devrait passer 🙂
    J’espère que le tome 3 te plaira mieux

  7. Merci pour ce chronique haute en couleur et pleine d’humour. J’ai encore du mal à m’en remettre là ^^
    Tu m’as fais mourir de rire en la lisant ! J’aime beaucoup ton humour (tu dois le savoir maintenant) et la manière dont tu sors de tes gonds quand tu parles d’America… C’est tordant !
    Par contre, on n’est pas d’accord au niveau des mâles de l’histoire ^^
    Pour moi Maxon est assez crédible (même si ok, le coup de garder une fille sous le coude c’est un peu limite, mais en même temps America est tellement une girouette que je pense qu’il n’a pas tellement le choix)
    Et Aspen a plutôt eu tendance à m’énerver. Je n’aime pas ce genre de mec qui se repointe comme une fleur et emballe tout ce qui passe.
    Maintenant ce n’est que mon avis 😉

    Mais je te remercie pour cette bonne petite rigolade que ta chronique a provoqué chez moi ! :p

Gone reading, leave a message.

Post Navigation