Favorite LGBT Books

lgbqtHello mes cactus! Comment allez-vous? J’ai récemment lu A Kiss in The Dark, de Cat Clarke. Bien que je n’aie pas aimé ma lecture (l’intrigue est juste absurde selon moi), le thème principal m’a beaucoup touchée. Je me suis donc dit que j’allais vous faire une liste de mes livres préférés qui rentrent dans la catégorie (au sens large) LGBTQIA -aka Lesbian, Gay, Bisexual, Transsexual, Queer, Intersex, Asexual- et qui parlent de ces thèmes-là. Parce qu’il y a des trésors à découvrir absolument. Évidemment, ce n’est pas une liste exhaustive. Je sais que beaucoup de ces livres sont en anglais, mais si j’arrive à les lire, vous aussi! Je vous précise quand même si le livre existe en français (les liens renvoient à la librairie Mollat, c’est un peu la meilleure du monde). Si vous avez des titres à me conseiller je suis toute ouïe.

Comme d’habitude, le présent article risque de faire 10km de long, alors on s’installe confortablement avec un cookie, un spéculoos ou une raclette, au choix.

Simon vs the homo sapiens agenda, Becky Albertalli

“Sixteen-year-old and not-so10015384._SY540_-openly gay Simon Spier prefers to save his drama for the school musical. But when an email falls into the wrong hands, his secret is at risk of being thrust into the spotlight. Now Simon is actually being blackmailed: if he doesn’t play wingman for class clown Martin, his sexual identity will become everyone’s business. Worse, the privacy of Blue, the pen name of the boy he’s been emailing, will be compromised.”

Les gens, si vous aimez les Oreos et si vous m’aimez-moi, LISEZ-LE. Je me calme sur les majuscules si vous jurez sur la tête de ce bon vieux Boris que vous le lirez (#blackmail). Simon est l’un des personnages les plus réalistes, drôles, touchants –préparez-vous la liste est longue- intelligents, adorables, honnêtes, respectueux de l’orthographe et grammaire anglaise (oui oui), curieux, et vulnérables. Et en plus, il aime les Oreos. Et Harry Potter. Sans l’avoir voulu, et à cause d’un crétin, Simon est contraint de révéler son homosexualité à ses proches et sa famille. Il est confronté au harcèlement et à la difficulté de dévoiler sa sexualité auprès de son entourage, ce qui –on sera tous d’accord- craint quand on a seulement 17 ans. J’adore Simon parce qu’il a la tête sur les épaules, il assume qui il est, même si ce n’est pas toujours évident pour lui. Toutes ses réflexions sur le coming-out, la différence de traitement qu’il reçoit, et sur l’homosexualité en général, sont justes et criantes de vérité. Pour couronner le tout, sa romance virtuelle avec le mystérieux Blue est FREAKING ADORABLE. Personnellement, j’étais aussi stressée que Simon de découvrir la véritable identité de Blue, et je n’ai pas été déçue. Vous allez rire (peut-être bien pleurer) ET réfléchir en même temps sur des thèmes importants. Mais que demande le peuple? QUE VOUS LE LISIEZ. S’il vous plait

Une citation pour vous convaincre:

“Honestly, the weirdest part is how they made it feel like this big coming out moment. Which can’t be normal. As far as I know, coming out isn’t something that straight kids generally worry about.”

En français: Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens, Becky Albertalli

Winger, Stand-Off, Andrew Smith

sm“Ryan Dean West is a fourteen-year-old junior at a boarding school for rich kids in the Pacific Northwest. He’s living in Opportunity Hall, the dorm for troublemakers, and rooming with the biggest bully on the rugby team. And he’s madly in love with his best friend Annie, who thinks of him as a little boy. With the help of his sense of humor, rugby buddies, and his penchant for doodling comics, Ryan Dean manages to survive life’s complications and even find some happiness along the way. But when the unthinkable happens, he has to figure out how to hold on to what’s important, even when it feels like everything has fallen apart.” Winger

“It’s his last year at Pine Mountain, and Ryan Dean should be focused on his future, but instead, he’s haunted by his past.” Stand-Off  (j’ai volontairement coupé le résumé, trop de spoilers)

Ah. Ryan Dean West. J’aime peut-être Simon d’amour, mais tu resteras mon préféré. Je vous ai littéralement cassé les oreilles avec Winger et la suite parue récemment, Stand-Off. C’est juste que j’adore ces livres de toutes mes forces. Je ne m’épancherai pas trop sur l’intrigue en général parce que je ne veux pas vous gâcher l’histoire. Ce que je peux vous dire sans prendre le risque de me récolter un coup de pelle dans les dents pour cause de spoilers, c’est que Joey aka le meilleur ami de Ryan Dean est gay. Il l’assume, en plaisante, et le vit bien. C’est assez agréable de voir un personnage bien dans ses baskets. Joey est l’un de mes personnages préférés parce qu’il est joyeux, plein d’entrain et de vie. Bref c’est un rayon de soleil à lui tout seul. Winger et Stand-Off nous en apprennent pas mal sur l’homophobie, la violence, et la connerie des gens. C’est hilarant et poignant à la fois. Je vous laisse lire mon avis sur ces deux livres absolument parfaits ici et .

Une citation pour vous convaincre: (from Winger)

“Joey told me nothing ever goes back exactly the way it was, that things expand and contract- like breathing, but you could never fill your lungs up with the same air twice.”

Aristotle and Dante Discover the Secrets of the Universe, Benjamin Alire Sáenz

12000020« Aristotle is an angry teen with a brother in prison. Dante is a know-it-all who has an unusual way of looking at the world. When the two meet at the swimming pool, they seem to have nothing in common. But as the loners start spending time together, they discover that they share a special friendship—the kind that changes lives and lasts a lifetime. And it is through this friendship that Ari and Dante will learn the most important truths about themselves and the kind of people they want to be. »

ÉVIDEMMENT. Comment ne pas citer Ari & Dante? J’en ai parlé pendant à peu près dix mille ans sur le blog, donc je pense que vous connaissez déjà mon amour pour ce livre. Je pense qu’à l’heure qu’il est, la blogosphère toute entière l’a déjà lu, et tant mieux. Que vous l’avez apprécié ou non (j’ose espérer qu’il a fait l’unanimité), on sera d’accord pour dire que ce livre est une perle. Je suis tellement amoureuse des personnages que c’est un livre que je vais lire et relire jusqu’à la fin de mes jours. Il y a tellement de thèmes abordés, dont l’homosexualité. C’est beau, c’est poétique et c’est sincère. Je meurs d’envie de vous mettre mon passage préféré mais je ne voudrais pas spoiler ceux qui ne l’ont pas lu. Je peux juste vous dire que vous ratez quelque chose. Vous pouvez retrouver mon avis sur cette merveille ici.

Une citation pour vous convaincre:

“We all fight our own private wars.”

En français: Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers, Benjamin Alire Saenz

The Miseducation of Cameron Post, Emily M. Danforth

covermorris“Cameron Post feels a mix of guilt and relief when her parents die in a car accident. Their deaths mean they will never learn the truth she eventually comes to – that she’s gay. Orphaned, Cameron comes to live with her old-fashioned grandmother and ultraconservative aunt Ruth. There she falls in love with her best friend, a beautiful cowgirl. When she’s eventually outed, her aunt sends her to God’s Promise, a religious conversion camp that is supposed to “cure” her homosexuality. At the camp, Cameron comes face to face with the cost of denying her true identity.”

Je l’ai terminé il y a peu et j’en suis encore toute chamboulée. Cam est un personnage difficile à aimer aux premiers abords. Elle n’a que 12 ans au début du livre, mais quand on le referme, elle en a presque 17. Si la jeune Cam m’a paru un peu froide lors du décès de ses parents, l’ado Cam m’a totalement conquise. J’aime son caractère, sa fierté et sa repartie. L’auteur manie le sujet sensible de la religion & l’homosexualité avec brio, sans juger ni l’un, ni l’autre. Elle évite certains clichés auxquels on aurait pu s’attendre. La facilité aurait été de construire des personnages chrétiens qui lanceraient une chasse aux sorcières en brandissant torches et fourches. Un peu comme les villageois dans Shrek. Les camps comme God’s Promise existent vraiment dans la réalité, et même s’il n’y a pas de maltraitance à proprement parlé dans ce cas-là, les propos tenus restent très très -TRÈS-  discutables. Comment peut-on dire à un ado qu’il n’est pas normal? Enfin, j’ai beau ne pas être d’accord avec leurs discours et méthodes, j’ai quand même apprécié ces personnages, parce qu’ils restent des humains après tout. Rien n’est noir ou blanc, l’auteur nous prouve que c’est bien plus compliqué que ça. Découvrir les différents de point de vue est donc extrêmement intéressant, et il est dur de lâcher ce livre. Evidemment, il y a des passages difficiles à lire, c’est dur d’être insensible quand on réalise ce que les adolescents comme Cam vivent au quotidien. A lire d’urgence donc.

Une citation pour vous convaincre:

“Maybe I still haven’t become me. I don’t know how you tell for sure when you finally have.”

None of the above, I.W. Gregorio

NoneoftheAbove_Cover“When Kristin Lattimer is voted homecoming queen, it seems like another piece of her ideal life has fallen into place. She’s a champion hurdler with a full scholarship to college and she’s madly in love with her boyfriend. In fact, she’s decided that she’s ready to take things to the next level with him. But Kristin’s first time isn’t the perfect moment she’s planned—something is very wrong. A visit to the doctor reveals the truth: Kristin is intersex, which means that though she outwardly looks like a girl, she has male chromosomes, not to mention boy « parts. » Dealing with her body is difficult enough, but when her diagnosis is leaked to the whole school, Kristin’s entire identity is thrown into question. As her world unravels, can she come to terms with her new self?”        

None of the Above est le tout premier livre que j’ai lu qui parle d’intersexualité. Kristin est atteinte d’un trouble du développement sexuel appelé syndrome d’insensibilité aux androgènes. Ce qui signifie qu’elle est née sans utérus, mais avec des testicules «cachées» (je ne suis pas fan du mot, mais je n’en vois pas d’autre). Ce qui a rendu ma lecture géniale, c’est que j’ai ressenti beaucoup d’émotions en même temps que Kristin: la confusion et le choc lorsque la vérité éclate, l’incompréhension, le désespoir (elle l’a ressenti plus que moi, clairement), et finalement l’acceptation. J’étais une inculte sur le sujet, donc on a appris énormément d’infos en même temps. Kristin est une héroïne kick-ass comme je les aime. Même si elle ne s’en rend pas toujours compte, elle est forte, c’est une vraie warrior. Et elle reste drôle malgré tout. I.W Gregorio nous montre que les gens ont peur de ce qu’ils ne comprennent pas. Et c’est Kristin qui en fait malheureusement les frais. Dans ce livre aussi, on découvre que la bêtise des gens n’a aucune limite. Kristin est harcelée et moquée sur les réseaux sociaux. En seulement quelques pages, elle perd énormément de choses importantes pour elle: son copain, ses amies, le sport qu’elle pratique. C’est très frustrant de lire la haine des gens envers Kristin, et d’être impuissant face à ce qu’elle endure. Il y a des claques qui se perdent, comme on dit. None of the Above est une lecture passionnante, avec un personnage principal qu’on ne peut qu’adorer. Mention spéciale pour son père, qui, après le mien bien sûr, semble être le meilleur papa de la Terre. Kristin sera toujours un personnage spécial à mes yeux.

Une citation pour vous convaincre:

“Love isn’t a choice. You fall for the person, not their chromosomes.”

Golden Boy, Abigail Tarttelin

cover-uk“Max Walker is a golden boy. Attractive, intelligent, and athletic, he’s the perfect son, the perfect friend, and the perfect crush for the girls in his school. He’s even really nice to his little brother. […] The Walkers are hiding something, you see. Max is special. Max is different. Max is intersex. When an enigmatic childhood friend named Hunter steps out of his past and abuses his trust in the worst possible way, Max is forced to consider the nature of his well-kept secret. Why won’t his parents talk about it? What else are they hiding from Max about his condition and from each other? The deeper Max goes, the more questions emerge about where it all leaves him and what his future holds, especially now that he’s starting to fall head over heels for someone for the first time in his life. Will his friends accept him if he is no longer the Golden Boy? Will anyone ever want him—desire him—once they know? And the biggest one of all, the question he has to look inside himself to answer: Who is Max Walker, really?”

Un autre roman sur un personnage intersexe. Celui-ci est nettement plus violent et sombre. Ames sensibles faites-attention, le livre commence avec une scène de viol carrément glauque, qui m’a traumatisée, probablement à vie. Je spoile, mais j’aurais aimé être prévenue parce que c’est vraiment dur à digérer. Golden Boy est un peu plus «hardcore» que None of the Above. Max, le personnage principal, traverse des choses absolument terribles. Etant peu familière avec les concepts de troubles du développement sexuel, beaucoup de situations ont dépassé mon entendement. Lire None of the Above ne vous prépare absolument pas à ce que vit Max dans Golden Boy. C’est là que l’auteur intervient. Abigail Tarttelin a fait un ENORME travail. A travers les différents personnages du livre, elle explique clairement ce que signifie qu’être intersexe, terme qui est très souvent confondu avec celui de transgenre. Elle soulève aussi des questions auxquelles il est difficile de répondre, mais qui sont plus que pertinentes, vu le contexte du livre. Est-ce que Max est un garçon parce qu’il agissait comme tel étant enfant, ou parce que ses parents ont choisi de le traiter comme un garçon? Peut-il être une fille et un garçon en même temps, ou aucun des deux? L’auteur donne la parole à Max, à ses parents, à son frère, à son docteur et à sa petite-amie. Tous ces personnages vivent de manière différente l’intersexualité de Max, et chacun essaye de trouver des réponses. Golden Boy est vraiment un livre intense, qui couvre énormément de sujets, certains encore tabous. Je le recommande vraiment, parce que c’est une lecture qui nous ouvre les yeux sur les personnes intersexes et sur ce qu’elles traversent. Un reading buddy est quand même fortement conseillé. Juste histoire de préserver votre santé mentale..

Une citation pour vous convaincre:

“It takes strength to be proud of yourself and to accept yourself when you know that you have something out of the ordinary about you. “

The Perks of Being a Wallflower, Stephen Chbosky

cvr9781476772431_9781476772431_hr“Charlie is a freshman. And while he’s not the biggest geek in the school, he is by no means popular. Shy, introspective, intelligent beyond his years yet socially awkward, he is a wallflower, caught between trying to live his life and trying to run from it. Charlie is attempting to navigate his way through uncharted territory: the world of first dates and mix tapes, family dramas and new friends; the world of sex, drugs, and The Rocky Horror Picture Show, when all one requires is that perfect song on that perfect drive to feel infinite. But he can’t stay on the sideline forever. Standing on the fringes of life offers a unique perspective. But there comes a time to see what it looks like from the dance floor.”

Je sais que ce livre a divisé la blogo, mais je fais partie des gens qui l’adorent. Charlie est l’exemple parfait de l’adolescent perdu et mal dans sa peau. Je sais exactement ce que ça fait, donc c’est peut-être pour ça que j’ai aimé ce livre, parce que c’est plus que facile de s’identifier à Charlie. Il y a tellement –tellement- de sujets abordés, que c’est dur de le caser dans une seule catégorie. Personnellement, je pense que le livre vaut le détour en partie à Patrick. Qui est gay, c’est donc pour ça que le livre de Chbosky est dans cette liste. J’adore son extravagance et surtout sa loyauté envers Charlie et Sam. Patrick est super cute avec les gens, même si on sent qu’il en a gros sur le cœur par moment. Sa relation secrète avec Brad m’en a fait voir de belles. Entre homophobie, harcèlement et passage à tabac, Patrick aura sans doute tout vu. Je déteste Brad pour des raisons évidentes, et je déteste d’ailleurs tous les Brad de la Terre. Ce que j’aime chez Patrick, c’est qu’il nous montre qu’il n’a rien de mal à être soi-même. Et ça fait du bien de l’entendre des fois, non?

Une citation pour vous convaincre:

“We accept the love we think we deserve.”

En français: Le monde de Charlie, Stephen Chbosky

The Danish Girl, David Ebershoff

The-Danish-Girl-MTI“Loosely inspired by a true story, this tender portrait of marriage asks: What do you do when the person you love has to change? It starts with a question, a simple favour asked by a wife of her husband while both are painting in their studio, setting off a transformation neither can anticipate. Uniting fact and fiction into an original romantic vision, The Danish Girl eloquently portrays the unique intimacy that defines every marriage and the remarkable story of Lili Elbe, a pioneer in transgender history, and the woman torn between loyalty to her marriage and her own ambitions and desires.”

Tout le monde connait l’histoire de Greta et Lili, depuis la sortie du film. Film qui m’a fait pleurer toutes les larmes de mon corps. C’est l’un des rares cas où j’ai d’abord regardé le film, et lu le livre après. Je ne suis pas déçue, ni de l’un, ni de l’autre. Lili Elbe, née Einar Wegener, est une artiste peintre danoise, connue pour être la première personne à être transsexuelle, et avoir subi une opération de réattribution sexuelle. Certains auteurs suggèrent que Lili ait été en fait intersexe: des ovaires auraient été découverts dans son corps lors d’une des nombreuses opérations qu’elle a subies. Difficile d’être sûr à 100% quand nombres d’archives ont été détruits par les Nazis en 1933. Dans tous les cas, le courage de Lili est exemplaire, car à l’époque, lorsque elle parle de son mal-être aux médecins, elle est diagnostiquée homosexuelle ou hystérique. Elle s’est battue jusqu’au bout pour enfin devenir elle-même, aux côtés de Greta, qui ne l’a jamais abandonnée. J’ai un peu la phobie des romances culculs d’habitude, mais le couple Greta/Lili est juste parfait. J’ai fondu en larmes lorsque j’ai compris que Lili voulait être mère. C’était juste trop pour moi. The Danish Girl a clairement brisé mon petit cœur. Même si je ne suis pas toujours d’accord avec les libertés prises par David Ebershoff, The Danish Girl est une très belle lecture.

Une citation pour vous convaincre:

“Einar felt lonely, and he wondered if anybody in the world would ever know him.”

En français: Danish Girl, David Ebershoff

More happy than not, Adam Silvera

1430283193437“In the months after his father’s suicide, it’s been tough for 16-year-old Aaron Soto to find happiness again–but he’s still gunning for it. With the support of his girlfriend Genevieve and his overworked mom, he’s slowly remembering what that might feel like. But grief and the smile-shaped scar on his wrist prevent him from forgetting completely. When Genevieve leaves for a couple of weeks, Aaron spends all his time hanging out with this new guy, Thomas. Aaron’s crew notices, and they’re not exactly thrilled. But Aaron can’t deny the happiness Thomas brings or how Thomas makes him feel safe from himself, despite the tensions their friendship is stirring with his girlfriend and friends. Since Aaron can’t stay away from Thomas or turn off his newfound feelings for him, he considers turning to the Leteo Institute’s revolutionary memory-alteration procedure to straighten himself out, even if it means forgetting who he truly is.”

OMG est-ce que j’arriverais à parler de ce livre sans sangloter comme une hystérique? Probablement pas. More Happy Than Not est l’un des livres les plus tristes de ce top. Homophobie, suicide et dépression, c’est le monde dans lequel vit Aaron. C’est absolument déchirant de lire ses pensées. Aaron pense qu’il peut régler ses problèmes et «soigner» son homosexualité en effaçant sa mémoire. Dans sa famille, personne ne lui a jamais dit qu’il n’y avait rien de mal à être gay ou à être tout simplement soi-même, et il a grandi dans un quartier où avouer son homosexualité signerait son arrêt de mort. L’intrigue est intelligente et surtout bien maitrisée. [Je n’ai pas arrêté de penser au film Eternal Sunshine of the Spotless Mind, qui est SUBLIME (#TeamKateWinslet).] Je suis restée comme deux ronds de flanc au fur et à mesure que ma lecture avançait. Je n’avais RIEN vu venir. Alors certes, les personnages regardent des pornos, jurent comme des charretiers, et fument des joints. Mais d’un autre côté, il y a de l’amitié, de l’amour, des rires et de l’espoir. Et c’est aussi ce qui rend le livre aussi réel et aussi vrai. Adam Silvera a vraiment une très belle écriture, ce serait dommage de passer à côté. Je le confesse: More Happy Than Not m’a transformée en loque. Mais j’ai adoré ça

Une citation pour vous convaincre:

“I can’t believe I was once that guy who carved a smile into his wrist because he couldn’t find happiness, that guy who thought he would find it in death.”

George, Alex Gino

24612624“BE WHO YOU ARE. When people look at George, they think they see a boy. But she knows she’s not a boy. She knows she’s a girl. George thinks she’ll have to keep this a secret forever. Then her teacher announces that their class play is going to be Charlotte’s Web. George really, really, REALLY wants to play Charlotte. But the teacher says she can’t even try out for the part . . . because she’s a boy. With the help of her best friend, Kelly, George comes up with a plan. Not just so she can be Charlotte — but so everyone can know who she is, once and for all. »

George est une courte nouvelle destinée aux enfants. J’en ai déjà parlé ici, donc je ne m’étalerai pas davantage, surtout quand je vois la longueur de cet article. Ce livre est absolument génial pour expliquer aux enfants ce que signifie être transsexuel. Je rajouterais juste que George est la petite fille la plus adorable de l’univers, et que je rêve de pouvoir lui faire des CALINS

Une citation pour vous convaincre:

“George stopped. It was such a short, little question, but she couldn’t make her mouth form the sounds.
Mom, what if I’m a girl?

Je vous aurais bien parlé du livre de Nina Lacour, Everything leads to you, mais je me suis tellement ennuyée pendant ma lecture que je n’en vois pas l’intérêt. Même chose pour I’ll give you the sun de Jandy Nelson, Playlist for the dead de Michelle Falkoff et Two boys kissing de David Levithan. Dans tous ces livres il y avait à chaque fois un personnage pour m’agacer, ou une intrigue molle du genou. Je les mentionne quand même car peut-être que certains les apprécieront plus que moi. ccghj

Si jamais vous avez de discuter de l’un de ces livres, j’en serais absolument enchantée. Je suis très curieuse de connaitre vos préférés donc dites-moi tout!

Pour conclure ce trèèès long article, je vous invite (j’aurais bien dit “force” mais j’essaye de me calmer) à regarder l’excellent documentaire d’Ellen Page sur la situation des personnes LGBTQIA dans le monde. GAYCATION est diffusé en plusieurs épisodes sur le site Viceland, les premiers sont déjà disponibles. Je suis super fan d’Ellen Page donc je me suis jetée dessus, et j’ai ri et j’ai pleuré et j’adore Ellen Page Et Ian

It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr

20 Thoughts on “Favorite LGBT Books

  1. Je note les titres que je ne connaissais pas, merci pour cet article très intéressant 🙂

  2. mag on 05/01/2016 at 20:48 said:

    J’avoue, tu me refroidis un peu pour I’ll give you the sun là… Mais sinon, toi et Anne-So vous me donnez tellement envie de découvrir Winger !!
    Par contre, triste constat de voir que très peu sont traduits… :/ Et ce n’est pas un sujet qui court parmi les romans francophones. *shame*

  3. J’aime tellement Aristotle and Dante <3 !! Il faudrait que je lise The Danish Girl, j'ai trouvé le film magnifique.
    Sinon je ne connais pas les autres mais je les note 🙂 !

  4. C’est plus des bibliothèques qu’il va me falloir hein… c’est une maison entière consacrée aux livres ^^ Beaucoup m’intéressent, je suis super sensible à ces sujets-là, je m’énerve très facilement face aux cons^^
    Bref bref !

  5. Ari & Dante ♥ Et, j’ai aussi lu et aimé Le monde de Charlie. Je prends note de quelques autres titres qui me tentent bien 🙂 Bel article !

  6. Pour le moment je n’ai lu que Aristote et Dante, mais plusieurs autres sont dans ma PAL 🙂

  7. Article super intéressant! Dommage que je ne lis pas en VO car beaucoup de titres me tentent! J’ai Artiste & Dante dans ma PAL, donc je vais commencer par celui-ci 😉

  8. J’en connais pas mal mais je fais quand même des découvertes sur None of the above de I.W. Gregorio, par exemple ! Il a l’air excellent *o* Je le note 🙂 (En plus je voyais souvent sa couverture sur goodreads mais j’ai jamais cliqué dessus pour voir le résumé !) Je trouve ça dommage car la littérature anglaise propose quand même un choix bien plus large aux niveau des livres Lgbt et je trouve que c’est vraiment une perte pour la littérature francophone !

  9. J’adore ton article ! Winger me tente toujours autant =)

  10. Cette liste est intéressante (sauf pour mon porte-monnaie encore une fois ^^). J’ai envie de lire « Moi, Simon, 16 ans… » depuis un moment en plus. Vu que tu l’as lu, tu le conseillerais à partir de quel âge environ ?
    Pareil pour « Aristote & Dante », très très envie de le lire !
    Dommage que je sois une quiche en anglais parce que les autres titre me tente beaucoup aussi (surtout « Winger »).

  11. Je n’en ai lu aucun… Mais je compte bien en lire de cette liste 😉
    Le monde de Charlie me tente pas mal, Aristote et Dante aussi… les autres il faut que je regarde si ils sont en VF ou pas 😉

  12. J’ai lu tout ton article ^^ oui oui oui, et maintenant j’aimerais beaucoup découvrir tous ces ouvrages qui ont l’air tous très intéressants et enrichissants à leur manière !

  13. J’aime bien les articles de 10 km de long! Avec un bon café, le matin au réveil, c’est top! Et en plus, on y fait de jolies découvertes livresques! Merci!

  14. Ton article est vraiment très intéressant. Je crois que cet « homme » qu’Ellen Page et son ami rencontrent au Brésil me fera frissonner à jamais ..!

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/23/2016 at 15:44 said:

      Moi aussi il m’a fait peur, ses propos sont juste sidérants et ses actions encore pires…. Les documentaires sont géniaux en tout cas, j’adore les regarder!

  15. Pas mal des bouquins cités sont dans ma PAL / WL ou déjà lus. Prochaine lecture prévue : Aristote et Dante (oui, je suis en retard, mais je voulais attendre qu’on ne le voie plus partout !).
    Et je regrette infiniment que Wangler ne soit pas paru en français, parce que ce n’est pas la première fois que j’en entends du bien.
    Ah, et je viens de finir A moi seul bien des personnages de John Irving dont c’est le thème principal. Il pourrait te plaire, du coup.

  16. Oh… Mais… tu m’as donné envie de TOUS les lire !!! O.O c’est pas super sympa pour ma wish-list ça !!! ^.^

  17. Aristote and dante ♥ Bon, avec ce super article, tu m’as fait rajouter une dizaine de livres à ma wishlist, bien joué 😉

  18. Super intéressant cet article, j’ai découvert beaucoup de titres que je ne connaissais pas 🙂

  19. Grâce à toi j’ai acheté, lu et découvert de nouvelles belles histoires, merci <3 🙂

Gone reading, leave a message.

Post Navigation