Confessions d’une accro du shopping, Sophie Kinsella

«Votre job vous ennuie à mourir ? Vos amours laissent à désirer ? Rien de tel qu’un peu de shopping pour se remonter le moral… C’est en tout cas la devise de Becky Bloomwood, une jolie Londonienne de vingt-cinq ans. Armée de ses cartes de crédit, la vie lui semble tout simplement magique ! Chaussures, accessoires, maquillage ou fringues sublimes… rien ne peut contenir sa fièvre acheteuse, pas même son effrayant découvert. Un comble, pour une journaliste financière qui conseille ses lecteurs en matière de budget ! Jusqu’au jour où, décidée à séduire Luke Brandon, un jeune et brillant businessman, Becky s’efforce de s’amender, un peu aidée, il est vrai, par son banquier, qui vient de bloquer ses comptes… Mais pourra-t-elle résister longtemps au vertige de l’achat et à l’appel vibrant des soldes ?»
 
Journaliste pour un magasine financier, le job de Becky n’est pas franchement passionnant. Cependant, entre deux placements financiers, la londonienne nourrit une passion plus que dévorante pour le shopping. Et comme je la comprend! Becky, au détour d’une conférence ennuyeuse à mourir, fait la rencontre du Luke Brandon, un beau businessman, qu’elle cherche à impressionner. Dans un tourbillon de shopping, de fringues, de chaussures, on assiste aux déboires de Becky, qui arrive à se mettre dans des situations impossibles. Notons qu’elle a un fort penchant pour les mensonges extravagants (comme indiquer sur son CV qu’elle parle le finnois), ce qui rend le tout assez savoureux !
 
La personnalité de Becky est incroyable : elle, qui n’a plus un rond en poche, donne des conseils aux gens pour bien placer leur épargne… C’est comme si moi je donnais des cours de mathématiques, mais où on va ?! Elle s’imagine souvent à la place d’une star, photographiée par des paparazzis. Elle a aussi la manie de détailler tout ce qu’elle porte de la tête aux pieds. Ce qui me fait beaucoup rire c’est qu’elle est pleine de bonnes intentions. Prête à réduire son budget shopping, elle déchante vite, trop attirée par tout et n’importe quoi (il faut bien le dire), le tout en se donnant des excuses : le shopping est un investissement à long terme selon elle (d’accord avec elle à 100 %). Et toutes ces situations dans lesquelles elle se fourre, du genre comment se faire virer de son nouveau job de vendeuse en une journée, ou suivre les conseils d’un livre pour dépenser moins (ce qui s’est avéré une catastrophe monumentale d’ailleurs). J’ai adoré lire les différents courriers qu’elle reçoit de sa banque, lui rappelant les sommes exorbitantes qu’elle doit. On panique légèrement pour elle quand on comprend l’ampleur du dégât…
 
J’aime beaucoup les personnages secondaires, comme Alicia la Garce aux longues jambes, sa grande rivale dans la course pour séduire Luke. De même pour Suze, la meilleure amie avec qui Becky partage tout, et surtout Tarquin, avec qui Becky a un first date complètement ahurissant (elle a un de ces culots pour sortir de ces âneries des fois).
 
Une petite intrigue bien tournée, sans être pour autant une intrigue de folie, nous montre que Becky a quand même un cerveau, et qu’elle sait l’utiliser à bon escient. Becky harcelée par son banquier (à juste titre), court se réfugier chez ses parents (tellement kitch ses parents), et en profite pour lever le voile sur une escroquerie.
 
Le style de Sophie Kinsella est fluide, simple mais efficace. Ça se lit tout seul.
 
En résumé :
 
Ma série de chick-lit préférée (avec Bridget bien entendu), un roman parfait pour passer un moment de détente et de rigolade. Le personnage de Becky est très attachant. Shopaholics, ce livre (et les tomes suivants) est fait pour vous !
 
Petit aparté pour dire que le film est un navet. Le casting est pitoyable, bravo à l’acteur qui joue Luke, et qui est doté d’un charisme digne d’un Oompa Loompa en combinaison orange (moulante la combinaison), seule Isla Fisher vaut le coup (la danse de l’éventail est clairement LE moment du film). 
 

It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr

2 Thoughts on “Confessions d’une accro du shopping, Sophie Kinsella

  1. J’ai lu très peu de ses livres, mais j’y penserai le jour où j’aurais envie d’une lecture pas prise de tête 😉 !

Gone reading, leave a message.

Post Navigation