Central Park, Guillaume Musso

CVT_Central-Park_5496«Alice et Gabriel n’ont aucun souvenir de la nuit dernière … pourtant, ils ne sont pas près de l’oublier. New York, huit heures du matin … Alice, jeune flic parisien, et Gabriel, pianiste de jazz américain, se réveillent menottés l’un à l’autre sur un banc de Central Park. Ils ne se connaissent pas et n’ont aucun souvenir de leur rencontre. La veille au soir, Alice faisait la fête avec ses copines sur les Champs-Élysées tandis que Gabriel jouait du piano dans un club de Dublin. Impossible? Et pourtant … »

Le moment «confessions intimes» devait forcément arriver un jour ou l’autre. Je lis Guillaume Musso. Alors je sais, pour les plus élitistes de la littérature française, lire Guillaume Musso, c’est comme si un Italien mangeait des pâtes avec du fromage râpé Monoprix*. Et bien vous voulez que je vous dise? Il n’y a rien de mal à manger des pâtes au râpé de temps en temps.

Alice et Gabriel se retrouvent un beau matin menottés l’un à l’autre, sur un banc de Central Park. Ils ne se connaissent pas: elle est flic à Paris, et lui est un pianiste en tournée. Comment en sont-ils arrivés là? Alice va devoir faire face à un vieil ennemi et aux démons du passé afin de découvrir l’atroce vérité… (je me moque). Gabriel, lui, ne sert à rien (je me moque encore). Bon, mon résumé n’est pas terrible, mais je n’ai pas vraiment aimé ce livre.

Alice m’a un peu agacée. Vous le savez, j’ai une tolérance assez limitée quant aux personnages féminins. J’aime bien son petit côté kick-ass, elle est déterminée et elle n’a pas besoin qu’on la materne. Mais, je l’ai trouvée quand même un peu trop sûre d’elle, et de ce fait, j’ai eu du mal à la trouver attachante. Elle fait confiance à Gabriel alors qu’elle ne le connait ni d’Adam ni d’Eve. L’explication qu’il lui donne sur son identité est complètement en désaccord avec son comportement, et j’ai peine à croire qu’Alice soit tombée dans le panneau aussi facilement. J’ai trouvé leur relation complètement superficielle et fausse. Je souligne quand même que j’ai bien aimé l’humour de Gabriel. J’aime sa répartie, et sa façon d’être en général. Il égaye quand même le roman, il faut le dire. Je suis donc un peu partagée sur les personnages, ils m’horripilent mais en même temps, il y a des côtés que j’aime bien chez eux!

Dès le début, on est pris dans les aventures d’Alice et Gabriel. Il n’y a pas vraiment de temps morts, les rebondissements s’enchainent à toute vitesse. J’ai même parfois eu du mal à suivre! C’est donc un très bon point, Dieu sait comme j’ai une sainte horreur des scénarios mous du genou. Oui mais voilà, au bout de la moitié du livre, j’ai eu un mauvais pressentiment.

Je vais le dire franchement, cette impression de «déjà lu» m’a clairement irrité le côlon. J’ai commencé à perdre mon intérêt pour l’intrigue, j’ai trouvé que c’était du réchauffé. Je m’attendais à un dénouement incroyable, qui m’aurait coupé le souffle. Et puis non, j’ai juste soupiré lourdement. Mes yeux ont fait même mille tours dans leurs orbites (un peu comme dans Beetlejuice) à certains moments tellement la mise en scène était grotesque et caricaturale. Et je ne vous parle même pas de mon exaspération en lisant le dernier chapitre. Expliquez-moi pourquoi les héros finissent toujours ensemble? Je trouve ça contrariant au plus haut point, surtout quand ça sort de nulle part! Je suis d’autant plus déçue et frustrée parce que j’aimais bien l’idée de départ. Mais les explications m’ont laissée complètement dubitative. Je ne suis pas convaincue par le fin mot de l’histoire.

Niveau style, rien de nouveau sous le soleil. C’est facile et rapide à lire. Comme dans tous les Musso, on retrouve une citation qui ouvre chaque chapitre. J’aime bien, ça me donne envie de lire certains auteurs.

En résumé:

Il s’avère que des fois, le plat de pâtes au fromage râpé n’est pas si bon que ça.

*Et lire Marc Levy, c’est comme manger au Macdo. Guess what? J’aime bien le Macdo de temps à autre.

It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr

35 Thoughts on “Central Park, Guillaume Musso

  1. Il n’y a effectivement rien de mal à manger des pâtes au râpé ! Je n’adhère ni à Musso et Lévy, mais je comprends leurs lecteurs 🙂

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/23/2015 at 21:56 said:

      J’aime bien de temps en temps, ce sont de bonnes lectures sans trop de prise de tête! Sauf quand je finis horripilée comme ça^^

  2. J’avoue, j’ai des gros apriori sur ces deux auteurs… et je n’en ai jamais lu ! Mais mon papa adore les deux, et j’adore mon papa. Bon je ne vais pas faire d’équation à deux balles, mais voilà, chacun lit ce qu’il veut nom de dieu ! =D

    (bon mais avec tes pâtes au râpé tu m’as plus donné envie de manger que de lire 😉 )

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/23/2015 at 21:57 said:

      Haha j’ai tendance à faire la même équation que toi, mais des fois, j’ai de mauvaises surprises! Je suis d’accord, chacun lit ce qu’il veut 🙂

  3. Malgré quelques points ça a l’air sympa quand meme. J’aime bien lire Levy et Musso de temps en temps mais ça fait longtemps que je n’en ai pas tenté un. Il faudrait !

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/23/2015 at 21:58 said:

      Ça faisait bien deux ou trois ans que je n’avais rien lu de ces auteurs! Mais des fois, quand c’est réussi, ça reste des lectures agréables!

  4. J’ai un peu de mal avec Musso. Je trouve ces livres agréables mais pas exceptionnels. J’ai souvent cette impression de ‘déjà-vu’.

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/23/2015 at 21:59 said:

      Plus je lis leurs livres, et plus je me dis qu’ils ont vraiment besoin de se renouveler un peu!

  5. tequi on 05/15/2015 at 12:57 said:

    Je suis comme toi, moi aussi de temps en temps j’aime bien les pâtes au râpé et le McDo ! Par contre je trouve que Levy arrive à mieux se réinventer que Musso qui fait toujours un peu la même chose. Celui là on me l’a offert donc je vais le lire, mais je ne jetterai pas dessus du coup ! 😛

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/23/2015 at 22:02 said:

      Ça fait un petit moment que je n’ai pas lu Levy, mais en règle générale, je trouve que ça vaut pour les deux^^ Si tu as des lectures plus intéressantes, je te conseille de le mettre de coté 😉

  6. J’ai déjà essayé Musso (pas l’auteur mais le livre..hein 😉 ) et on va dire qu’une seule fois ça a suffit ! Pourtant il a quand même quelques idées 😉

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/23/2015 at 22:03 said:

      Mouhaha il a quelques idées, mais qui retombent vite à plat!

  7. J’ai lu 2/3 Musso et puis au final cela m’épuise un peu alors j’ai laissé tomber ^^

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/23/2015 at 22:04 said:

      Tu as du mal à le terminer? Je trouve que ça se lit vite, et tant mieux au final!

  8. J’ai apprécié ce livre, sauf la fin. Je n’aime pas les fins ouvertes, surtout dans ce genre-là.
    Mais en effet, il n’y a rien de mal à manger des pâtes au râpé ou un Mcdo de temps en temps! (jolie comparaison d’ailleurs ^^)

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/23/2015 at 22:05 said:

      Oui la fin m’a achevée, déjà que le reste du bouquin ne m’avait pas trop convaincue!

  9. Ahahah, mais tu sais, les gens bavent beaucoup sur Musso et Levy parce que c’est la mode de le faire. En vrai, bien que je les trouve un peu « toujours pareils » et que leurs livres manquent souvent de réflexion (mais c’est un goût perso), je trouve que ce sont de bons livres « de plage ». Ils sont assez efficaces dans leur genre en réalité.
    On les critique beaucoup mais au final… il y a vraiment pire comme écrivains. D’ailleurs ils ne seraient pas si connus si ce n’était pas le cas ^^

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/23/2015 at 22:10 said:

      C’est exactement ça, je pense vraiment qu’il y a pire! Mais en même temps, ce sentiment de lire toujours la même chose peut être frustrant, c’est pour ça que j’espace beaucoup mes lectures pour ces deux auteurs!

  10. Moi je manges des pâtes aux gruyères râpes et au Mcdo de temps en temps. Pas souvent niveau lecture. Je sors un Levy ou Musso par an généralement. Plus souvent en repas en tant qu’étudiante 😛 Je n’adore pas mais de temps en temps ces livres me plaisent.

  11. J’avoue n’être pas attirée par cet auteur ^Mais j’imagine que ça doit être sympa d’en lire un de temps en temps 😀

  12. Bon, je crois que je vais passer mon tour. Musso a le don de m’horripiler avec de bonnes histoires (de bons départs surtout) pas assez abouties à mon goût. Des lectures assez frustrantes pour moi.

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 05/24/2015 at 08:56 said:

      De bons départs mais une fin complètement inutiles, voire ringarde!! Ses tout premiers romans m’avaient bien plu, à l’époque, mais ce n’est plus ce que c’était!

  13. Hum j’avais bien aimé celui-ci il me semble. Je ne suis pas une fervente lectrice des Musso, je dois avouer n’avoir essayé que cette année en en lisant 3 et à chaque fois c’est toujours un peu le même style donc je comprends ton agacement !

  14. Je le lirai bien même si je ne suis pas une grande fan de Musso. Mais le résumé est plutôt sympa!

  15. Je l’ai vu beaucoup sur les blogs mais je n’ai pas encore tenté… Un jour, je lirai un Musso!! 😉

  16. J’aime beaucoup Musso aussi, mais je n’ai pas encore lu ce roman (Pourtant, maman l’a dans sa bibliothèque). Mais j’ai pas eu beaucoup d’échos positifs et du coup ta chronique renforce cela, Je vais attendre encore un peu pour le lire ( si je le lis un jour :p)

Gone reading, leave a message.

Post Navigation