Category Archives: Fantasy

The Queen of the Tearling, Erika Johansen

51sXwymh2CL._SX323_BO1,204,203,200_“On her nineteenth birthday, Princess Kelsea Raleigh Glynn, raised in exile, sets out on a perilous journey back to the castle of her birth to ascend her rightful throne. Plain and serious, a girl who loves books and learning, Kelsea bears little resemblance to her mother, the vain and frivolous Queen Elyssa. But though she may be inexperienced and sheltered, Kelsea is not defenseless: Around her neck hangs the Tearling sapphire, a jewel of immense magical power; and accompanying her is the Queen’s Guard, a cadre of brave knights led by the enigmatic and dedicated Lazarus. Kelsea will need them all to survive a cabal of enemies who will use every weapon—from crimson-caped assassins to the darkest blood magic—to prevent her from wearing the crown. Despite her royal blood, Kelsea feels like nothing so much as an insecure girl, a child called upon to lead a people and a kingdom about which she knows almost nothing. But what she discovers in the capital will change everything, confronting her with horrors she never imagined. An act of singular daring will throw Kelsea’s kingdom into tumult, unleashing the vengeance of the tyrannical ruler of neighboring Mortmesne: the Red Queen, a sorceress possessed of the darkest magic. Now Kelsea will begin to discover whom among the servants, aristocracy, and her own guard she can trust. But the quest to save her kingdom and meet her destiny has only just begun—a wondrous journey of self-discovery and a trial by fire that will make her a legend . . . if she can survive.»

WARNING: le résumé ci-dessus est très très long. Ma chronique l’est encore plus, car J’AIME CE LIVRE DE TOUT MON CŒUR. Voilà, c’est dit.

Kelsea est l’héritière du trône de Tearling. Sa mère, égoïste et légèrement stupide –si je peux me permettre- a quasiment ruiné le royaume, et s’est vue contrainte de signer un traité avec la terrible Red Queen. Lorsque sa mère est assassinée, Kelsea, qui n’est qu’un bébé, est cachée loin de la cour, où elle est élevée au fin fond d’une forêt. A ses 19 ans, elle quitte alors son foyer, accompagnée des soldats de la garde royale, pour récupérer son trône. Et affronter The Red Queen.

Ce tome sert d’introduction à la saga. J’ai cru que comprendre que beaucoup de lecteurs ont été perturbés par l’univers de ce livre. Pas moi. L’histoire se déroule dans le futur, OR, à la suite d’un événement (appelé The Crossing), la civilisation a régressé vers un monde médiéval. Bye bye la médecine moderne et la technologie, on dit coucou aux chevaux, aux armures et épées. Et à la magie! Les explications de cette catastrophe aux airs apocalyptiques restent encore vagues, mais ça ne me gêne pas. Un peu de suspense entretient la flamme, comme j’aime dire. Mais je conçois tout à fait que le monde d’Erika Johansen soit difficile à visualiser. On a quand même quelques informations sur l’histoire de Tearling, ses rois et reines, ses guerres et sa situation actuelle. Je dois dire que je suis complètement tombée sous le charme. Je suis restée captivée devant son récit, Erika Johansen a une façon bien à elle de manier, de tourner les mots. C’est tout simplement magique. Tearling fait dorénavant parti de ces lieux fictifs que je rêve de visiter.

Le gros plus de ce roman (et ah la la comme je suis aux anges) : ce sont deux personnages féminins forts et indépendants. J’ai un peu la phobie des nénettes inutiles qui ont besoin d’un homme pour se coiffer. Pas de ça ici, ouf! Pas de crêpage de chignon, mais une guerre, une vraie, entre deux reines. Et elles ne reculeront devant rien pour gagner. tumblr_mydul5Vijp1r4hnp6o1_r1_400Notre héroïne Kelsea est une fille badass. Elle qui a grandi dans un coin reculé d’une forêt n’a certainement pas froid aux yeux. Elle est téméraire, têtue et oui, elle se sert de son cerveau. Rien que ça a suffi pour que j’adore ce livre. Kelsea a vraiment à cœur les intérêts de ses sujets –qui vivent dans une misère absolue- et j’ai vraiment aimé sa façon de se battre pour eux. Elle est prête à tout pour sauver son royaume, quitte à foncer dans le tas elle-même, à tenir tête à ses soldats qui la dénigrent. Elle arrive à prouver à ceux qui la sous-estiment qu’ils ont tort, à lutter contre ses angoisses et ses doutes. Le peuple de Tearling reste extrêmement méfiant à son égard, il faut dire que sa mère, Queen Elyssa, lui a laissé un lourd fardeau. Et pourtant, Kelsea s’en sort avec brio. Elle affronte avec courage son oncle le Régent, qui s’est emparé du trône lorsqu’elle était bébé, et c’est jouissif de la voir le remettre à sa place.

Ah et dernière chose sur Kelsea, elle a une passion pour les LIVRES.

The Red Queen est à elle seule un mystère plus complexe que celui de l’univers. Elle règne sur le royaume de Mortmesne, et rien que le nom me fait peur. J’ai rarement croisé un personnage –féminin de surcroit- aussi cruel. Et vas-y que j’organise tranquillement mon commerce d’êtres humains, que je sacrifie des enfants tout mimis, et que je me fais plaisir avec des esclaves sexuels. La base quoi. J’ai plus qu’adoré le fait qu’elle soit barbare jusqu’au bout des ongles. Pas de pitié, pas d’état d’âme. Elle cache aussi bien des secrets, même son véritable nom reste encore inconnu. Quelques chapitres sont écrits de son point de vue, et je dois dire que ce sont mes préférés. Il me tarde d’en apprendre plus sur elle, notamment sur ses dangereux pouvoirs.tumblr_mapbt5DIEN1qk4vl9o1_500J’ai aussi eu un énorme coup de cœur pour les personnages secondaires. Les parents adoptifs de Kelsea, Barty et Carlin, qui l’ont élevée comme leur propre enfant. Les Glynn sont finalement peu présents dans le livre, mais ça ne m’a pas empêché de m’attacher à eux. Impossible de ne pas citer Lazarus aka The Mace aka le capitaine de la garde royale. Bien que je sente venir une révélation aussi grosse que le popotin de Kim Kardashian à propos de lui, je l’adore. Je le trouve protecteur, intelligent, fin stratège et sa loyauté n’a pas d’égal. Il est prêt à tout pour garder Kelsea sur le trône. Et je l’aimeeeee.

L’intrigue politique est tellement bien menée. Je suis restée souvent comme deux ronds de flanc devant les rebondissements, les coups bas et les trahisons. L’histoire est très prenante, c’est impossible de lâcher ce livre. J’ai eu des moments de panique où j’ai pris peur pour Kelsea et ses soldats, mais je les ai aussi applaudis maintes fois! La magie est habilement introduite dans ce tome. Kelsea possède deux colliers magiques, légués par sa mère. Elle ne sait pas encore les maitriser, ni quels sont leurs véritables pouvoirs. En tout cas, avec le petit aperçu auquel on a eu droit, il y a un énorme potentiel de ce côté-là. La fin est juste… Heureusement que j’ai le tome deux dans ma PAL. Heureusement.

Quasiment pas de romance dans ce livre, mais ça ne m’empêche pas de souhaiter que Kelsea trouve l’amour dans les tomes suivants dans les bras d’un certain garde. Je dis ça, mais il est fort possible que je me mette le doigt dans l’œil jusqu’à la rate. Il y a quand même un sacré potentiel de hot men dans la garde royale! Parce que oui, au milieu des bastons et du sang, je trouverai toujours le moyen de fantasmer sur un personnage. Je ne vous parle même pas de The Fetch, le voleur le plus énigmatique et handsome du royaume. Mais mon cœur appartient à un autre… #SexyvibeaboutPen

Et aller comprendre pourquoi ce livre me fait penser au film Snow White and the Huntsman. A cause des personnages féminins peut-être?

En résumé:

LA SUITE. MAINTENANT.

Cadeau bonus: J’ai ouïe dire que la saga allait être adaptée au cinéma. Et qu’Emma Watson avait signé pour jouer Kelsea. AMEN.

It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr

Idhun, Tome un: La Résistance, Laura Gallego Garcia

idhun1«Le jour où survient la conjonction astrale des trois soleils et des trois lunes, Ashran prend le pouvoir sur Idhun. Un guerrier et un magicien, exilés de cette planète, organisent la Résistance. Leur objectif : renverser Ashran et ses alliés, de redoutables serpents ailés. Or, Ashran a envoyé sur Terre Kirtash, mi-homme mi-serpent, en lui donnant pour mission de tuer deux adolescents, Jack et Victoria. Sauvés par la Résistance, ils découvriront qu’un lien mystérieux les unit au monde d’Idhun…»

Autant vous le dire de suite, cette lecture a été une horreur. Il n’y a pas d’autre mot pour la qualifier. Une horreur.

La première partie de l’histoire est assez moyenne. J’ai été très déçue de voir que la fameuse Résistance ne comptait que quatre personnes. Dont deux pré-adolescents. Tu parles d’une armée. Le prince héritier d’Idhun n’a AUCUN charisme. Mais aucun. Il ne semble même pas avoir envie d’y retourner. Son magicien qui l’accompagne est le sage du groupe (évidemment) mais reste assez en retrait. Leur combat se résume à rester cachés dans une maison entre deux mondes. Et à attendre. Quoi? Je me le demande aussi. Quant aux vilains, Kirtash a beau avoir 15 ans, ça ne l’empêche pas d’être l’assassin le plus efficace de la planète. Il est plus mentionné que présent dans cette première partie, mais je peux vous dire qu’il en tient une sacrée couche! Les personnages ne sont pas vraiment creusés, et on ne s’y attache pas. Ils restent superficiels. Prenons l’exemple de notre prince héritier d’Idhun (dont j’ai déjà oublié le nom), qui se fait torturer par le mage noir de Kirtash, et finit par fusionner avec un loup. Là où on aurait pu avoir un personnage vraiment complexe, qui lutte contre ses deux natures d’humain et de loup, on l’expédie plutôt faire le tour de l’Europe. Et comme ça, plus besoin de s’embêter à construire un personnage qui vaudrait le coup. Facile, pas vrai?

Avec des personnages aussi fades et sans grand intérêt, c’est dur de rallier leur cause. Je n’ai pas vraiment compris le sens de leur combat. Enfin, si, c’est pour délivrer Idhun de l’emprise du Nécromancien. Ce que je veux dire c’est que ça m’a laissé de marbre. L’univers qu’elle a créé aurait pu être vraiment sympa (des dragons, des licornes, de la magie et j’en passe) sauf qu’elle n’exploite rien. Tout n’est que dialogues avec d’interminables explications. La technologie moderne leur facilite grandement la tâche (merci Google Map), et j’ai trouvé que ça ne collait pas avec le reste de l’histoire. Je me suis sentie à des kilomètres des personnages, des lieux et des légendes d’Idhun.

La deuxième partie commençait à relever le niveau. Jack et Victoria ne se sont pas vus pendant deux ans. Ils sont devenus de vrais ados, et j’attendais beaucoup de leurs retrouvailles. Raté, là encore, c’est plat, c’est fade. J’aurais pu pardonner la mollesse (et la niaiserie) de nos deux jeunes en plein émoi mais il a fallu que l’auteur ajoute le fameux triangle amoureux. Comme si je n’étais pas assez irritée par des personnages qui ne servent à rien, j’ai eu l’immense joie de lire les pensées torturées de Victoria, dont le cœur hésite entre Jack et Kirtash. Après avoir roulé bon nombre de pelles à ces deux messieurs, elle décrète qu’elle aime les deux. Kirtash se dévoile un peu plus au contact de Victoria, et on apprend qu’il est doux comme un agneau, que son papa (le très méchant Nécromancien) ne l’aime pas et l’a transformé en arme de guerre. Allez Kirtash, pleure un bon coup, ça va passer. J’ai trouvé ça tellement frustrant: le triangle amoureux prend le dessus sur le peu d’intrigue qui existait. La Résistance, tout le monde s’en fout désormais.

A ce moment-là, je pensais que ma lecture avait atteint des sommets.

C’était sans compter le moment le plus wtf que j’ai lu depuis des années.

Kirtash est en réalité le digne héritier des 2 BE 3. Et oui, quand il ne passe pas ses journées à tuer tout ce qui bouge, l’ami Kiki est une pop star, adulé par des millions de filles hystériques et prépubères. Et c’est Victoria qui le démasque, lorsqu’elle assiste au concert de son chanteur préféré: Chris Tara. Même son nom de scène est nul. Je ne vous citerai pas les paroles de ses chansons, qui ont su toucher le cœur de Victoria, mais qui m’ont amené à penser que Justin Bieber, ce n’est pas si mal au fond.

Vous l’aurez compris: le jour, Kirtash est le tueur le plus redoutable de la planète, et la nuit, il se prend pour Hanna Montana.

Personnellement, j’ai trouvé ça ridicule. Je n’ai pas compris ce que ça apportait à l’histoire. Si ce n’est un bon moment de rigolade, et de moqueries.

Il est bien évidemment hors de question que je lise les tomes suivants. J’ai perdu assez de temps avec celui-là. Je reste sur une désagréable impression de facilité et de superficialité en ce qui concerne les personnages mais aussi l’intrigue. Le mélange du monde moderne et de la fantasy est complètement raté, et les quelques révélations de l’histoire sont très (très) prévisibles.

En résumé :

«And I was like baby, baby, baby, oh
Like baby, baby, baby, oh
Like baby, baby, baby, oh
I thought you’d always be mine, mine» *

tumblr_mtkap48Soj1s2dkruo1_250

* Je confirme, Kirtash aka Chris Tara, fait pire.

It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr