Beautiful Disaster, Jamie McGuire

images« Travis Maddox est sexy, bâti comme un dieu et couvert de tatouages. Il participe à des combats clandestins la nuit et drague tout ce qui bouge le reste du temps. Exactement le genre de mec qu’Abby doit éviter si elle veut réussir à démarrer une nouvelle vie. 

Mais Travis insiste et lui propose un pari. Si elle gagne, il renonce au sexe pendant un mois. Si elle perd, elle s’installe chez lui pendant un mois. Ce qu’il ignore, c’est qu’il a affaire à bien plus joueur que lui…Une fois toutes les cartes abattues, la catastrophe annoncée se muera-t-elle en amour passionné ? »

Il m’arrive parfois de faire des choix stupides. Comme lire un livre que je sais pertinemment que je vais détester. C’était le cas de Beautiful Disaster. A la seconde même où j’ai lu la première phrase, j’ai su que j’avais fait une bêtise. Mais comme je suis têtue, et que sur un malentendu, il se pourrait que le livre ne soit pas si nul que ça, je l’ai terminé.

Et bien non, ce livre est bel et bien une daube.

Attention, les propos qui suivent ne reflètent que mon avis (et j’ai encore le droit d’en avoir un héhé). Quelques spoilers sont disséminés par-ci par-là, et bien évidemment, mon article est rempli de gros mots en tout genre. Have fun les churros !

giphyPar où commencer ? Je n’en ai pas la moindre idée, il y a tellement d’options qui s’offrent à moi : des personnages dangereux et psychotiques, une intrigue au ras des pâquerettes, une écriture au rabais et un titre ridicule (je peux continuer des heures comme ça).

Parlons d’abord de Travis Maddox. Travis « Mad Dog » Maddox. Il est l’un des personnages les plus détestables et dangereux que j’ai pu croiser dans mes lectures New/Young Adult. Outre son charisme digne d’un bernard-l’ermite malade, Travis a de sérieux problèmes mentaux*. Ce type est un psychopathe, catégorie Ted Bundy. Laissez-moi vous dresser son portrait-robot :

  • Travis est possessif, jaloux, et ne supporte pas qu’un autre homme s’approche d’Abby.
  • Travis exprime son mécontentement par une violence extrême, notamment en frappant tout ce qui bouge ou en saccageant son appartement.
  • Travis est obsédée par Abby d’une façon malsaine et il présente une forte dépendance affective (cf tout ce que je raconte dans cet article).
  • Travis désire contrôler chaque aspect de la vie d’Abby.
  • Travis a un sérieux penchant pour l’alcool.
  • Travis n’a aucune notion de ce qu’on appelle le RESPECT.
  • Travis est donc un gros con.

AU SECOURS JE SUIS A TERRE APPELEZ LES POMPIERS.

Je trouve ça absolument intolérable/scandaleux/irresponsable de prétendre que le comportement de Travis est acceptable. Il n’y a rien de romantique dans la violence, absolument rien. Je ne vois pas non plus comment un harceleur peut être considéré comme sexy ou attirant. Son obsession pour Abby est malsaine au plus haut point, c’est vraiment effrayant. Les filles, ce genre de comportement n’est pas normal, et relève clairement du domaine psychiatrique. J’ai eu du mal avec certains avis que j’ai lus, et dont les auteures rêvent d’un homme comme Travis dans leur vie. Personnellement, je ne rêve que d’un homme qui me respecte, et qui ne m’empêche pas de vivre ma vie comme je l’entends (#jeunedemoisellerechercheunmecmortel). Mais chacune son style, j’imagine. Alors je sais, je fais souvent ma maline avec les bad boys et blablabla. Mais il y a quand même une grande différence entre un mec qui « se la joue » et qui veut seulement impressionner une fille, et un type qui tabasse tout ce qui bouge, et qui est quasiment prêt à tuer quelqu’un. Travis est une bête incapable de se contrôler, avec des pulsions à la limite de la morbidité. Aucune fille ne devrait accepter d’être traitée pareil. C’est typiquement le genre d’homme qui commence par casser la figure des autres, mais qui finira un jour par frapper sa femme (coucou j’extrapole). Je vous jure qu’il faut vraiment lire ce livre pour y croire.

Je suis vraiment déçue qu’une femme soit à l’origine de ce carnage littéraire. Je mettrais mes deux mains à couper qu’elle n’apprécierait pas être traitée de cette façon.

De la même façon, imaginez le genre de message que ce genre de livre envoie aux hommes/garçons ? Alors ok, ce n’est pas la cible principale des livres New Adult, mais il y a quand même des hommes qui l’auront lu, et bonjour les dégâts. Le comportement de Travis n’est pas à reproduire. En aucun cas. Un mec qui risque à tout moment de vous en coller une n’est pas hot. Il est juste bon à croupir en prison.

Je passe rapidement sur Abby, qui est le cliché du personnage féminin que l’on retrouve dans ce genre de livre. Mais en pire. Et oui, c’est tout à fait possible. Je vous promets qu’Ana Steele a l’air intelligente et équilibrée à côté d’elle. Je ne comprends pas comment on peut avoir aussi peu de respect pour soi-même. Abby est stupide, immature et ne trouve rien de mieux à faire que d’encourager le comportement destructeur de Travis. Elle ne voit aucun problème à se faire humilier constamment. On en parle de Travis qui ramène pas une mais deux filles chez lui, alors qu’Abby dort juste à côté (dans sa chambre à lui)? On se doute bien qu’ils n’ont pas fait une partie de Uno tous les trois sur le canapé.

Damn, il y a des limites à ma tolérance.

Je ne parle même pas des personnages secondaires, tant ils sont inutiles et creux. Le seul personnage intéressant et un tant soit peu mûr dans sa tête, c’est Kara, la colloc d’Abby. Et pourtant, celle-ci la fait passer pour une pimbêche. Encore une fois, c’est une belle preuve de maturité de la part d’Abby. En tout cas, Kara va nous lâcher le mot qui résume le livre : CO DEPENDANCE.

Do you know what codependency is, Abby? Your boyfriend is a prime example, which is creepy considering he went from having no respect for women at all to thinking he needs you to breathe.”

Au niveau de l’intrigue, c’est tellement du réchauffé que ça en devient forcément mou. Je mentionne à peine la fin -cheesy et horrifiante à la fois- qui m’a mise hors de moi. Le tatouage « Mrs Maddox » d’Abby conclue le livre en beauté et en bêtises.

BONUS (parce qu’on n’en a pas eu assez) : Travis a cette manie ridicule d’appeler Abby « poulette »… Ah, combien de fois je n’ai pas eu envie de brûler ce livre et de danser autour des flammes (avec un rire démoniaque).

Ce livre est un ramassis de conneries. Sorry les girls (et les boys), mais il n’y a pas d’autre mot pour définir ce qu’a écrit Jamie McGuire. Beautiful Disaster m’a complètement affligée et mise en colère. C’est du terrorisme. Ni plus, ni moins (#dramaqueen).

En résumé :

Les copines, il va falloir m’interdire de lire ce genre de livres, c’est très mauvais pour ma santé mentale, et ça fait palpiter la veine de mon front d’une façon très disgracieuse.

giphyj

*Et j’ai lu à peu près tous les articles possibles sur comment débusquer un psychopathe, un pervers narcissique ou un obsédé, je les flaire donc à des kilomètres à la ronde. Appelez-moi en cas de doute (50,04€/min + coût d’un appel selon opérateur).

It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr

26 Thoughts on “Beautiful Disaster, Jamie McGuire

  1. Shame on me, il est dans ma PAL! Mais bon je n’ai plus vraiment envie de le lire, alors ça compte pas 😉
    Franchement, tous ces bouquins racontent la même chose, avec des bad boys dont le comportement frise souvent le ridicule/l’absurde et des filles en extase devant lesdits bad boys qui s’intéressent à elles alors que les pauvres petites sont pourtant si banales… Argh, tuez-moi!
    Bon, heureusement il y a aussi parfois de bonnes surprises (mais elles sont rares), et je vais donc t’écouter, ô toi la voix de la sagesse (qui au passage m’a bien fait rire) et laisser ce livre moisir encore quelque temps dans ma liseuse…

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 10/29/2016 at 11:39 said:

      Les bonnes surprises sont rares, il n’y a qu’un seul livre que j’ai bien aimé (Easy, de Tamara Webber). Tout le reste m’a déplu! Si un jour tu le tentes, reviens m’en dire des nouvelles 😉

  2. Alors moi, je vais être vache, mais qu’est-ce que j’aime quand tu n’aimes pas un roman! J’ai ADORE ta chronique! Un vrai délice jubilatoire!

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 10/29/2016 at 11:39 said:

      Hahaha merci, je me suis peut-être lâchée sur celui-là 😉

  3. Ce livre est dans ma wish-list depuis des années, depuis sa sortie en VO en fait : à l’époque presque toute la blogo anglophone s’était pâmée à son sujet (suivie par la blogo francophone à la sortie du livre en français). Ton avis est le premier réellement négatif que je lis (j’en avais toutefois vu quelques-uns mitigés qui avaient notamment des soucis avec le perso de Travis).

    En fait je devrais plutôt dire « ce livre était dans ma wish-list » parce que là il est clair que je ne vais pas le lire. Pourtant j’ai un gros crush malsain sur les bad boys mais comme tu le dis il y a une différence entre un mec qui roule des mécaniques et qui est en fait un faux bad boy, et les sociopathes à la Travis (ou Christian Grey).

    Et le tattoo « Mrs Maddox »… seriously ? C’est consternant.

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 10/29/2016 at 11:44 said:

      Tout est consternant dans ce livre! Haha sociopathe c’est bien le mot!! Moi aussi j’ai bien les bad boys mais là c’est juste impossible!

  4. Hahahahaha. Décidément, je fais vraiment bien de me tenir éloignée de ce genre de livres ^^ Déjà en lisant le résumé j’avais un sourcil levé en désapprobation et dédain. Genre littéralement mon sourcil s’est levé tout seul x)
    Bref ! Cesse de lire ce genre de livres……..poulette !!!!!!!! =P

  5. Je n’ai jamais été attirée par ce genre de livres. Mais quand j’ai vu que tu l’avais lu je me suis dit oh ben si toi tu lis ca c’est que ça doit être passe mal…
    Pus j’ai lu ta chronique … mouahahah

    NEXT !

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 10/29/2016 at 11:48 said:

      A la base moi non plus je ne suis pas attirée par ce genre de livres, mais je fais parfois des erreurs.. Qui me coûtent ma santé mentale 😉

  6. Je dois avouer que je ne suis pas du tout tentée 😛

  7. Ce Travis ne va pas du tout, mais alors pas du tout me plaire. Il vaut mieux que j’évite de lire cet ouvrage car je risque fortement de lui arracher des pages !

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 10/29/2016 at 11:51 said:

      Moi j’avais très envie de lui arracher les yeux mais c’est malheureusement impossible! Mais je peux toujours lui crier: Vade retro satanaaaaaa!

  8. J’ai ricané rien qu’en lisant le résumé. Qu’est-ce que c’est que ce pari de la loose ???? Bref, économisons-nous du temps et de l’espace cérébral pour autre chose. Et tout à fait d’accord avec ton message : un mec louche, violent qui aime rabaisser en public = à fuir d’urgence.

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 10/29/2016 at 11:53 said:

      C’est clair que j’en ai perdu du temps avec ce livre…

  9. Mwahaha j’ai adoré ta chronique :p A vrai dire je n’avais déjà pas envie de le lire, donc je vais passer mon chemin gaiement ^^

  10. Aah ça a l’air vraiment nul mais ta chronique est hyper drôle 😛

  11. Je suis mdr suite à la lecture de ta chronique XD
    Je passe mon chemin pour ce livre (pour ma santé mentale) :p

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 10/29/2016 at 11:56 said:

      Je pense qu’il vaut mieux en rire (mais en restant quand même un peu sérieux parce que ça va loin) 🙂

  12. aie difficile. Je l’ai mais pas lu encore, j’ai une amie qui a adoré et qui me l’avait donné. On verra du coup le jour où je tenterai ça

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 10/29/2016 at 11:57 said:

      J’espère qu’il te plaira quand même, on ne sait jamais!

  13. Hahaha je comprends tout à fait ton ressenti et finalement, je t’encouragerais à lire encore des livres du genre pour que tu nous pondes des chroniques aussi marrantes 😉

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 10/29/2016 at 11:57 said:

      Me connaissant je ferais très probablement d’autres erreurs dans mes choix de lecture^^

Gone reading, leave a message.

Post Navigation