Aristotle and Dante discover the secrets of the universe, Benjamin Alire Sáenz

 12000020« Aristotle is an angry teen with a brother in prison. Dante is a know-it-all who has an unusual way of looking at the world. When the two meet at the swimming pool, they seem to have nothing in common. But as the loners start spending time together, they discover that they share a special friendship—the kind that changes lives and lasts a lifetime. And it is through this friendship that Ari and Dante will learn the most important truths about themselves and the kind of people they want to be. »

Été 1987, El Paso, Texas. Aristotle, quinze ans, est un garçon solitaire. Mal à l’aise en compagnie d’autres personnes –des jeunes de son âge surtout-, Ari préfère rester seul avec ses pensées. Pensées assez sombre par moment, puisqu’il est obsédé par son frère qu’il n’a pas connu, et qui est en prison. Ari est un garçon impulsif, qui n’a pas peur de se battre. Son côté sombre a tendance à prendre le dessus rapidement. Mais tout change lorsqu’il rencontre Dante. Dante qui lui fait voir le monde différemment. Dante qui est son exact opposé. Passionné, rêveur et sensible, c’est un personnage doux et calme. J’ai rarement vu une relation aussi belle. Imaginez les plus belles histoires d’amour/amitié, et multipliez les par, disons, dix mille. Vous êtes encore loin du compte.

L’histoire d’Ari et Dante est simple. Simple mais remplie d’amour, de loyauté (chose rare de nos jours), de découvertes, de balades dans le désert, et de poèmes. Chacun va apprendre de l’autre, et surtout chacun va comprendre que leur amitié est la chose la plus précieuse qu’ils ont. L’histoire est raconté du point de vue d’Ari, ce que j’ai trouvé super puisque c’est un personnage compliqué, qui se pose beaucoup de questions. J’avoue qu’à certains moments, j’aurais aussi aimé connaitre les pensées de Dante. Ce garçon est un ange. Leur histoire est touchante et émouvante. Les personnages sont d’une justesse incroyable. Ils semblent bien réels, et mon dieu, j’ai eu presque mal de me dire qu’ils n’existaient que dans ces pages.

Ce que j’ai également trouvé génial, c’est la relation que chacun a avec ses parents. On est loin de l’habituel conflit parents/ados. Ari est surprotégé par une mère drôle et attachante, et bien qu’il ait du mal à communiquer avec son père (qui reste marqué par la guerre), il y a toujours du respect entre eux. Le respect, c’est bien ce qui caractérise les personnages. Dante est encore plus proche de ses parents, et franchement, c’est agréable à lire. On s’éloigne un peu du cliché des ados rebelles en rage contre des parents démunis/alcooliques/absents, et personnellement, ça me fait du bien.

La question de l’identité est également abordée. Ari et Dante sont tous les deux nés de parents mexicains, qui ont immigrés aux Etats-Unis durant leur jeunesse. J’ai trouvé ça très intéressant parce qu’ils ne vivent vraiment pas de la même façon le fait d’être mexicain-américain. L’auteur est lui-même latino, donc il sait très bien de quoi il parle. Au-delà de ce thème, il est question de trouver sa place dans le monde. Les interrogations d’Ari, et il y en a beaucoup, sonnent juste, c’est impossible de ne pas se reconnaitre dedans. Ce livre touchera tous ceux qui se sont déjà sentis différents, au moins une fois dans leur vie.

LA FIN. Mais quelle fin. J’ai pleuré de joie. Et j’ai souri comme une idiote quand j’ai refermé ce livre. Je crois que c’est la première fois qu’un livre me fait pleurer de bonheur. C’est tellement rare. Je suis habitée à pleurer comme une vieille madeleine, de tristesse, de frustration, de tout ce que vous voulez. Mais pas de joie. Il y a un passage en particulier qui a fait battre mon cœur tellement vite, que j’ai cru qu’il allait s’arrêter. C’était la tachycardie assurée, suivi d’un encéphalogramme plat. Autrement dit, j’ai mis trois jours à me remettre de cette lecture. Aujourd’hui encore (ça doit faire bien des mois que je l’ai terminé), je n’y arrive pas. Ce livre me reste dans la tête, quoi que je fasse.

Je meurs d’envie de vous mettre LA citation du livre, mais ce serait tout vous ruiner. Et comme je souhaite à tous de vivre ce que j’ai vécu avec ce livre, je me retiens. Mais c’est bien parce que c’est vous. En tout cas, c’est l’un des meilleurs passages que je n’ai jamais lu.

Mon avis ne lui rend pas justice et j’en suis désolée. J’ai eu du mal à mettre des mots sur ma lecture parce qu’il y a quelque chose d’indescriptible dans ce livre. Je me rends compte que j’ai l’air hyper dramatique et sérieuse, mais je vous assure que ce livre va vous faire rire. C’est un condensé de poésie, d’espoir et d’amour. Que demander de plus? J’aimerais tellement pouvoir le relire comme si c’était la première fois. C’était juste sublime.

N’hésitez pas à me laisser vos liens en commentaires (ou directement vos avis d’ailleurs) si vous l’avez lu. Je suis très curieuse de lire vos ressentis sur l’histoire d’Ari et Dante. J’espère ne pas être la seule à avoir été toute chamboulée par ce livre. Je précise que la VO est ultra abordable.

En résumé:

L ’A M O U R  ❤ 

It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr

46 Thoughts on “Aristotle and Dante discover the secrets of the universe, Benjamin Alire Sáenz

  1. Ça y est, je veux le lire. La vidéo d’Hajar m’avait motivée, mais alors là… Je veux aussi pleurer de bonheur tiens ! Puis le petit teasing de la citation là, c’est franchement pas cool èé.

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 06/16/2015 at 19:39 said:

      Je n’ai pas vu la vidéo d’Hajar mais je vais aller chercher ça! Hahaha il ne te reste plus qu’à le lire pour connaitre la citation 😉

  2. C’est définitif. Il me le faut !

  3. J’ai eu un gros coup de coeur pour ce roman. Si beau. A la fois sombre et joyeux. Et comme toi, je l’ai trouvé juste, et les personnes sont si authentiques… ♥

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 06/16/2015 at 19:44 said:

      C’est exactement ça, je ne vois pas ce qu’on pourrait lui reprocher!

  4. Il faut ABSOLUMENT que je me décide à découvrir ce livre 😛

  5. Je le veux, je le veux, JE LE VEUX !!!

  6. Bon ben j’en déduis que c’était mieux que Donna Tartt ? =P
    Du coup tu m’as intriguée avec ton bouquin, je le veux, je le veux, je le veux !!! =D

  7. J’ai adoré ce roman ! Je l’ai reçu à noel et j’ai eu un immense coup de coeur ! Il faut que je rédige mon billet d’ailleurs ;D

  8. C’est marrant parce que le titre et la couverture ne laissent pas du tout présager du contenu (j’aurais plutôt dit SF ou fantastique). Ca m’a l’air très touchant comme livre, un peu feel-good si je ne me trompe pas. Je note, je note !

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 06/16/2015 at 21:30 said:

      C’est vrai que la couverture parait SF au début, mais elle prend tout son sens une fois le livre lu! Tout à fait feel-good même 🙂

  9. Je l’avais déjà repéré sans avoir l’occasion de me lancer mais il faudrait que je tente un jour, rien que le titre et la couverture me tentent bien 🙂

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 06/16/2015 at 21:42 said:

      Je trouve la couverture très belle (ce qui est rare pour moi, j’ai tendance à tout détester niveau couverture^^)

  10. Ce livre me fait de l’oeil depuis un moment déjà !! (un loooong moment), mais même si apparemment la VO est abordable, j’avais trop peur de me louper, et ne pas le savourer à sa juste valeur. Du coup, il me tarde sa sortie française – surtout après cette chronique !

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 06/16/2015 at 21:43 said:

      Je comprends tout à fait, mais moi je n’ai qu’une crainte, c’est que la traduction française soit ratée!!

      • Ah ça, malheureusement, je ne peux rien te promettre. Je pense, qu’il y a des trad très bien faites, mais comme pour les films ou les séries, la VO c’est quand même mieux -quand on a le niveau pour, bien sûr 🙂 après, peut-être me trompe-je.

  11. Oh oui j’avais entendu de jolies choses de celui ci donc contente de voir que tu as passé un bon moment

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 06/16/2015 at 21:43 said:

      Oui c’était une super lecture, je ne vais pas tarder à le relire je pense^^

  12. Moi aussi!!!! Je veux! Je veux! Je veux!! =)

  13. Je suis de plus en plus curieuse… et en même temps, je le vois tellement que j’ai peur de placer la barre trop haut !

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 06/16/2015 at 21:45 said:

      Je pensais la même chose que toi avant le lire! Je n’avais lu que d’excellents avis (et en général, je finis déçue), mais ils étaient justifiés!

  14. Je suis en train de le lire en V.O. et j’adore vraiment 🙂 !!!

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 06/16/2015 at 21:37 said:

      Je suis contente que tu l’aimes!! Hâte de lire ton avis 🙂

  15. Aaah, il faut que je le lise !! 🙂

  16. Ouuuh il me le faut ! (mais en français ^^)

  17. J’ai envie de lire ce livre, j’en entends que du bien !

  18. J’ai hâte d’être le 18 juin!!! 😀

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 06/16/2015 at 21:32 said:

      Et moi il me tarde de lire ton avis, quand tu l’auras terminé!!

  19. ninon16 on 06/15/2015 at 19:03 said:

    Depuis que j’ai vu qu’il sortait en France j’ai une de ces envies de le lire !! Surtout quand je vois des avis comme le tien ^^

  20. Moi aussi je le veuuuuux, bordeleuh ‘_’ Quelle tentatrice tu fais T.T

  21. coup de coeur absolue pour ce livre, tout le monde doit le lire è_é, j’ai versé des larmes moi aussi (alors que j’ai un coeur de pierre normalement lol)

  22. BOUHHHH JE VEUX LE LIRE ! JE VEUX LE LIRE. VOILA.

  23. J’ai lu ta chronique en diagonale car je prévois de le lire et veut en savoir le moins possible sur l’histoire avant de la découvrir, mais de ce que j’en ai lu, tu as l’air d’avoir énormément aimé ce livre, et tu me donnes d’autant plus envie de le lire ! J’espère le trouver rapidement à la bibliothèque ! =)

  24. Je veux absolument le lire et ta chronique me confirme cette envie ! Le niveau d’anglais n’est pas trop difficile ? Je préfèrerais le lire en anglais…

Gone reading, leave a message.

Post Navigation