American Sniper, Chris Kyle

1016763695«Chris Kyle est le sniper le plus redoutable de toute l’histoire militaire américaine. Surnommé «Al-Shaitan» (le Diable) par ceux qu’il traquait et «La Légende» par ses frères d’armes des Navy SEALs, il est crédité de 225 ennemis tués. Déployé à quatre reprises en Irak dans le cadre de l’opération Iraqi Freedom, il a été engagé dans les combats urbains les plus terribles du conflit: Fallouja, Ramadi ou encore Sadr City. Progressant au cœur des fournaises insurgées, investissant les maisons en tête des groupes d’assaut, protégeant ses camarades depuis son poste de tir, pris pour cible par les insurgés qui mirent sa tête à prix, Chris Kyle a été de toutes les batailles. Témoins des atrocités de la guerre et de la malveillance d’un ennemi fanatique, il livre un récit brut et dévoile au grand public son quotidien de SEAL et de sniper, mais aussi les conséquences de celui-ci sur sa vie personnelle.»

C’est toujours difficile de juger une autobiographie. Celle-ci en particulier, puisque la vie de Chris Kyle a déclenché des polémiques particulièrement houleuses. Chris Kyle est, comme vous le savez, le sniper ayant tué le plus d’ennemis de l’histoire de l’armée des États-Unis. Le chiffre varie, mais le Pentagone a reconnu 160 morts officielles. Chris est considéré comme un héros national, malgré des propos controversés qu’il a tenus à son retour de la guerre. Il a été décoré de deux Silver Stars, et de nombreuses autres médailles. En 2013, Chris Kyle est assassiné par un ancien Marine, à qui il venait en aide.

Chris Kyle a été élevé dans les plus pures traditions américaines: Dieu, la famille et la patrie. Son enfance, il la passe au milieu des chevaux dans un ranch, et c’est tout naturellement qu’il rêve d’être cow-boy. Jusqu’à ce jour des attentats du 11 septembre 2001, où son engagement dans l’armée prend alors un autre tournant.

Chris Kyle nous raconte sa vie avec beaucoup de franchise et parfois avec un peu d’agressivité. Cela lui vient sans doute de son côté texan. L’histoire est brute et sans effort particulier de style. Son récit est forcément technique puisqu’il emploie énormément de vocabulaire militaire, mais ce que j’ai apprécié, ce sont les explications qui vont avec. La précision avec laquelle il décrit sa formation de SEAL, son équipement et ses armes, est quand même impressionnante, même si elle peut faire froid dans le dos. Me dire que tout ce qu’il raconte est bel et bien réel m’a laissé un peu sonnée. Le livre comporte quelques pages remplies de photos de Chris en tant que sniper, on y voit même la fameuse arme avec laquelle il a accompli l’un de ses nombreux exploits (un tir à plus de 1900m de portée).

Kyle était une machine de guerre, entrainé pour tuer. Et pourtant, tout au long de son récit, on sent bien que ça cogite dans sa tête. Certes, il n’avait pas de pitié pour ses ennemis, et considère qu’ils ont mérité leur sort. Mais il s’est quand même posé LA question fondamentale, à savoir, «qu’est ce qui me donne le droit de tuer un être humain?». Il ne s’attarde pas sur des débats philosophiques ou moraux à propos de la guerre, et de ce qu’elle engendre pour les soldats, mais on voit bien que dans certaines situations, il n’a pas l’esprit tranquille. Certains passages sont un peu durs à lire et à digérer, puisque Chris Kyle reste très catégorique sur ses propos.

Les liens qui l’unissent aux membres de sa Team 3 sont extrêmement forts. Mon cœur s’est brisé net en mille morceaux lorsque Chris nous rapporte la mort de ses frères d’armes, ou leurs blessures. Kyle a risqué sa vie un nombre incalculable de fois pour sauver celle de ses frères. Il y a d’ailleurs des photos de ses camarades, et des différents hommages que Chris et sa Team leur ont rendu. C’est très touchant de voir à quel point ils sont une famille.

J’ai beaucoup apprécié le fait que certains passages soient racontés par Taya, la femme de Chris. Elle nous parle de leur vie personnelle avec un autre regard. De la venue au monde de leurs deux enfants, jusqu’aux crises qu’ils traversent ensemble, on est immergés dans leur vie de famille. On se rend bien compte de l’impact qu’à la guerre non seulement sur les soldats, mais aussi sur leur famille. Chris a appris à être père, entre deux opérations militaires, et les passages où il évoque sa femme sont très émouvants. C’est une femme à la fois fragile et solide, qui a dû faire face aux petits et grands tracas du quotidien seule. Chris porte beaucoup d’amour à Taya et à leurs enfants, et le voir se déchirer entre servir son pays ou assumer son devoir de père est assez difficile. J’ai été un peu triste de voir qu’il a quand même toujours fait passer son pays avant sa famille. Chris Kyle a une notion du patriotisme qui est poussée à l’extrême, et quand on n’a pas l’habitude, c’est assez déroutant, voire même incompréhensible pour certains.

Au-delà des polémiques sur les actions de Chris Kyle au combat ou même après la guerre, on ne peut que reconnaitre le courage et la force dont il a fait preuve tout au long de sa vie. Quelle que soit la nature de son travail, il le faisait bien, et avec beaucoup de conviction. Chris aura passé le reste de sa vie à aider les vétérans en difficulté.

En résumé:

Une histoire d’amour bouleversante entre un homme et son pays. Chris Kyle a tout sacrifié pour les États-Unis, même sa famille. Ce livre est un immense coup de cœur pour moi! giphy

J’ai enfin vu l’adaptation de Clint Eastwood. Inutile de préciser que j’ai pleuré pendant les trois-quarts du film. Je le trouve assez fidèle au livre (Taya raconte d’ailleurs au début du livre sa rencontre avec Clint Eastwood et Bradley Cooper, et leur point de vue sur l’adaptation). J’ai trouvé Bradley Cooper absolument génial, sa transformation physique est assez incroyable, et il a vraiment fini par ressembler à Chris Kyle! Vous avez vu le film? Vous en avez pensé quoi?

It's only fair to share...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Tumblr

12 Thoughts on “American Sniper, Chris Kyle

  1. Pour l’instant, j’ai seulement vu le film de Clint Eastwood. Sans détester, j’ai été quand même un peu mitigée. J’ai pas trouvée qu’il y avait vraiment de nuance, trop de patriotisme justement, un peu un film à la gloire des Américains. J’essaierai quand même de lire le livre 🙂 !

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 04/20/2015 at 22:58 said:

      C’est clair que Chris Kyle n’avait pas la langue dans sa poche!!

  2. SUPER. J’avais écrit un long commentaire et quand j’ai validé ça m’a écrit « Error » je sais plus quoi. Donc, je ne sais pas si ce que j’avais écrit t’est arrivé !
    Bref. Je disais donc que malgré ton avis positif et nuancé, je crois que je ne pourrais pas me plonger dans ce livre (ni dans le film d’ailleurs !) tout simplement parce que j’ai du mal avec le patriotisme et les idées à la gloire des américains… Mais je suis contente d’avoir lu ton avis 🙂

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 04/20/2015 at 22:58 said:

      Ce n’est pas tellement la gloire des américains qui me plait ici (surtout qu’ils s’en servent parfois pour de mauvaises raisons), mais juste le sentiment de patriotisme en général, que je trouve assez incroyable! Je n’ai pas été élevée comme ça (même si j’aime la France bien évidemment), alors c’était une découverte pour moi! Je me demande souvent d’où vient ce sentiment, parce ce qu’au final, je me suis sentie chez moi en Argentine, parfois même plus qu’en France! Tout ça me laisse perplexe! Bon je m’arrête là, je vais rentrer dans un débat philosophique, et à cette heure ci, je risque de dire des bêtises 😉

  3. Je n’ai pas tellement envie de lire le roman par contre regarder le film, oui !

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 04/20/2015 at 22:54 said:

      Pour ceux qui ont déjà vu le film, le livre peut être un peu redondant, puisque le film est quand même bien fidèle au livre! En tout cas, il m’a permis de découvrir Sienna Miller dans quelque chose de différent!

  4. J’ai entendu de très belles choses de ce film et j’avoue que je suis curieuse. Il faut que je tente aussi !

    • Les femmes qui lisent sont dangereuses on 04/20/2015 at 22:52 said:

      Je n’y connais rien en cinéma, je ne sais pas si c’est un bon film, mais j’ai beaucoup aimé!

  5. Hou Hou, Le p’tit duc partage ton émotion face à cette autobiographie… A lire. @bientôt, Grybouille du « Léa Touch Book »

  6. Je n’ai vu que le film et j’avoue avoir trouvé ça un peu trop patriotique, du genre à la gloire du soldat sans aucune réflexion derrière, mais peut-être que lorsqu’on a lu le livre, on perçoit plus facilement les subtilités et les émotions!

  7. Pas lu ni vu mais ça ne saurait tarder, j’aime beaucoup cet acteur et je suis intrigué de le voir dans ce type de rôle. En tout cas ce film n’a pas l’air facile!

  8. Je n’ai entendu que du bien de ce film (le livre… bah t’es la première que je lis qui en parle ^^)
    Du coup je suis particulièrement tentée, mais pour le coup le film m’attire plus (je ne sais pas si j’accrocherai sur un livre autobiographique avec une histoire pareille)
    A voir… 🙂

Gone reading, leave a message.

Post Navigation