Search Results: Easy

You are browsing the search results for easy

Easy, Tammara Webber

contours-of-the-heart,-tome-1---easy-516578-250-400«L’année commence mal pour Jackie: son copain, qu’elle avait suivi à la fac, l’a plaquée, ses amis se sont détournés d’elle, et son semestre semble plus que mal parti. A priori, ça ne pouvait pas être pire, et pourtant…
Un soir, un mystérieux jeune homme la tire d’un très mauvais pas. Jusqu’alors, Jackie ne l’avait jamais remarqué: désormais, il se trouvera constamment sur son chemin. Et si la simple vue de ce garçon suffit à éveiller des images qu’elle préférait laisser enfouies à tout jamais, sa présence silencieuse n’en aiguise pas moins sa curiosité.»

Je n’y crois pas. Je n’y crois pas. Je n’y crois pas. Je n’y crois pas. Je n’y crois pas. Je n’y crois pas. Je n’y crois pas.

JE N’Y CROIS PAS.

Je viens de lire un New Adult. Et j’ai adoré.

                                              VICTOIRE POUR LE PEUPLE! Cjvt5

Le New Adult et moi avons une relation très tumultueuse. Beaucoup de haine, de rage et de larmes, et pourtant, on continue notre bout de chemin ensemble. C’est finalement sur les conseils d’Anaïs (Little-A-Read) que j’ai placé mes derniers espoirs dans ce livre. Livre qui m’a guérie de mes tourments New Adultesque (est-ce que c’est un vrai mot?), donc MERCI.

Jackie est donc notre héroïne. J’avais très peur de tomber sur une énième nénette au QI de moineau, et voilà que j’ai découvert une fille intelligente et réfléchie. On se rend compte qu’elle a énormément évolué: elle passe de petite-amie qui ne vivait que pour son copain (le très crétin Kennedy) à une fille forte, qui s’assume davantage. Jackie me plait beaucoup, elle décide de se prendre en main, et peu de personne serait capable de se montrer aussi forte face à ce qu’elle a vécu. Il fallait bien évidemment un beau gosse pour la sauver et c’est donc Lucas qui se dévoue. Je précise que Lucas est beau comme un dieu grec, pour ceux qui n’auraient pas compris! Bad boy-ish, il n’est pas juste une plante verte pour décorer la pièce. Je l’ai trouvé drôle, charmant, très attendrissant. Et surtout, respectueux. Autant de points qui font que c’est le boyfriend idéal.

Bien qu’elle craque sur Lucas –et on la comprend- Jackie ne se jette pas sur lui dès la page suivante. Le traumatisme de Jackie est bien réel, et donc évidemment, ce ne serait pas crédible. Ici, leur relation prend du temps à se construire, Jackie et Lucas cherchent vraiment à se connaitre. Cela n’empêche pas qu’ensemble, ils forment un duo sexy et adorable en même temps.

L’intrigue n’a rien de révolutionnaire ou d’exceptionnel, je trouve plutôt que c’est la façon d’écrire et de traiter le sujet qui l’est. L’auteure prend tous les clichés qu’on connait bien (le mauvais garçon tatoué en moto au passé trouble, l’étudiante exemplaire un brin ingénue) mais les chamboule complètement. Pas de sexe ou de je t’aime dès la deuxième page, et le terrible secret de Lucas n’est pas rabâché toutes les cinq minutes. Tout arrive à point nommé, naturellement. Sans forcer les choses, sans pression. J’ai quand même trouvé certaines parties de l’histoire prévisible, et là je pense à Landon, le tuteur avec qui Jackie échange par mails. Clairement sur ce coup, Jackie n’a pas été très futée.

L’auteure balaye toutes les réactions qui existent dans la société face au viol. La fraternité masculine prête à tout pour protéger sa réputation (Dieu que ça existe et que ça me dégoute), ceux qui pensent que ce qui arrivé n’est qu’un mensonge, ceux qui préfèrent ignorer le problème. Et surtout Jacqueline qui se tait. Par pudeur, par honte, ou parce qu’elle pense qu’elle peut surmonter ça seule. Le sujet évoqué est très sérieux et l’auteur l’aborde avec beaucoup de réalisme. Et pourtant, le livre reste assez léger. J’ai eu des papillons dans le ventre en même temps que Jacqueline (ou alors j’ai trop mangé ce midi?). Lucas y est pour beaucoup -je suis dingue de tatouages, comme ça c’est dit-.

Gros coup de cœur pour Erin, la meilleure copine fêtarde, qui a bien compris qu’un type qui défend un violeur ne vaut guère mieux. Son côté «les copines d’abord» m’a conquise immédiatement.

Je me suis trompée en le commandant et j’ai pris la VF. Ce qui m’a fait peur au début, puisque j’ai tendance à favoriser la VO. Et heureusement, la traduction est parfaite, rien à redire dessus. Et puis finalement, quand je vois la couverture VO, je me dis que je ne m’en sors pas trop mal avec la mienne…

J’ai été touchée et emportée par l’écriture de Tammara Webber. J’ai ri, presque pleuré, et j’ai eu envie de tout casser. Bref j’ai tout vécu avec ce livre.

En résumé:

Si vous aussi vous avez une phobie nommée New Adult, essayez ce traitement, à raison de trois à quatre chapitres par jour. Vous irez beaucoup mieux après.

Mini-avis: mes dernières lectures (2)

Aloha mes poissons tropicaux! Cela fait bien quelques semaines que je fais la morte sur la blogo, mais que voulez-vous, il y a eu pas mal de changements dans ma petite vie! Je suis donc de retour -pour de bon cette fois- avec mes mini-avis sur les derniers livres que j’ai lus. Comme d’habitude, il y a de tout, et comme d’habitude, l’article est long!

 Une Autre Vie, S. J Watson

1507-1“Julia mène une vie bien rangée à Londres avec son mari et son fils. Lorsqu’elle apprend la mort de sa jeune sœur, Kate, victime d’une agression à Paris, elle est sous le choc. Les deux sœurs, dont les relations n’ont jamais été faciles, s’étaient perdues de vue. Ne parvenant pas à faire son deuil, Julia décide d’aller sur place afin d’en savoir plus sur la vie que menait Kate. Elle apprend que cette dernière fréquentait assidûment les sites de rencontre. Le doute s’insinue alors dans son esprit : et si la mort de sa sœur n’était pas due à une simple agression mais à une mauvaise rencontre ? Ne pouvant se débarrasser de cette idée obsédante, Julia décide de se faire passer pour Kate sur le site que celle-ci utilisait. Mais, à l’âge des bilans, des remises en question, des ambitions laissées derrière elle, Julia ne réalise pas qu’elle est en train de jouer un jeu dangereux. Si elle a en effet raison sur les circonstances de la mort de sa sœur, elle prend tous les risques. Et en goûtant à une autre vie, plus excitante, que va-t-il rester de la sienne? ”

BOOOH LA DECEPTION. Je ne m’en remets toujours pas. Moi qui avais adoré Avant d’aller dormir, je me suis lancée avec enthousiasme dans celui-ci. Ma motivation s’est effritée dès le premier chapitre. J’ai trouvé le personnage principal, Julia, absolument détestable. Elle rentre même dans mon Top Ten* des personnages littéraires que je déteste. Égoïste, égocentrique, obsessive, pimbêche et ingrate, choisissez un adjectif! Même le personnage mort (la sœur de Julia) m’a tapée sur le système, c’est vous dire l’ampleur de mon désespoir… L’histoire est simpliste et surtout très mal menée : des personnages secondaires inintéressants, des lenteurs interminables et des pseudo-rebondissements ratés. Vous l’aurez donc compris, l’intrigue est aussi subtile que la perruque de Patrick Juvet. J’ai perdu mon temps, mon argent, et quelques neurones au passage.

Une citation pour vous faire fuir:

“Ce n’est pas bon. Je le sais, je me le répète, encore et encore. ”

An Untamed State, Roxane Gay 

Gay, An Untamed State jacket art 9780802122513“Mireille Duval Jameson is living a fairy tale. The strong-willed youngest daughter of one of Haiti’s richest sons, she has an adoring husband, a precocious infant son, by all appearances a perfect life. The fairy tale ends one day when Mireille is kidnapped in broad daylight by a gang of heavily armed men, in front of her father’s Port au Prince Estate. Held captive by a man who calls himself The Commander, Mireille waits for her father to pay her ransom. As it becomes clear her father intends to resist the kidnappers, Mireille must endure the torments of a man who resents everything she represents.”

Mon dieu, quel livre. Attention, An Untamed Sate n’est pas à mettre entre les mains de tout le monde. La lecture est difficile, j’ai trouvé des passages quasi insoutenables à lire. Une femme pour une dizaine d’hommes sadiques, je vous laisse imaginer le carnage. Certaines scènes sont explicites, et d’autres moins détaillées, mais dans tous les cas l’horreur est bien là. Mireille est un personnage remarquable. C’est assez impressionnant et clairement effroyable de voir ce qu’elle a su encaisser durant 13 jours de captivité. Plusieurs flashbacks nous racontent sa vie d’avant, lorsqu’elle était encore heureuse avec son mari et son fils. Et puis il y a l’après. Brisée par ce qu’il lui est arrivé, elle essaye de se reconstruire et de trouver une vie normale. Je l’ai lu sur la route en allant chill à Acapulco, et je peux vous dire que Roxane Gay ne vous met pas vraiment dans l’ambiance des vacances… Je ne le relirai pas c’est certain, mais j’ai adoré l’écriture de Gay, donc je compte bien lire Hunger, et bien sûr Bad Feminist.

Une citation pour vous convaincre:

“Once upon a time, my life was a fairy tale and then I was stolen from everything I’ve ever loved. There was no happily ever after. After days of dying, I was dead.”

Cruel Summer, James Dawson

16275049“A year after Janey’s suicide, her friends reunite at a remote Spanish villa, desperate to put the past behind them. However, an unwelcome guest arrives claiming to have evidence that Janey was murdered. When she is found floating in the pool, it becomes clear one of them is a killer. Only one thing is for certain, surviving this holiday is going to be murder…”

Cruel Summer est un mixe entre Pretty Little Liars de Sara Shepard et Nous les Menteurs d’E. Lockhart. C’est sympa, agréable à lire, sans pour autant être le thriller ou le drame du siècle. J’ai bien aimé certains personnages, détesté les autres, mais dans l’ensemble, je les ai trouvés plutôt intéressants. C’était assez prenant de voir les relations changer et évoluer entre eux, même si certains sont plus creusés que d’autres. Malgré une fin un peu facile à mon goût, il y a quand même du suspense, et les quelques petites révélations bien juteuses ont fait leur effet. A lire tranquillou bilou sur la plage, accompagné d’un coco mojito bien frais.

Une citation pour vous convaincre:

“He’d assumed Janey’s death was the finale. Turned out, it was only the beginning.”

Behind closed doors, B.A Paris

26050845Everyone knows a couple like Jack and Grace. He has looks and wealth, she has charm and elegance. You might not want to like them, but you do. Though, you’d like to get to know Grace better. But it’s difficult, because you realise Jack and Grace are never apart. Some might call this true love. Others might ask why Grace never answers the phone. Or how she can never meet for coffee, even though she doesn’t work. How she can cook such elaborate meals but remain so slim. And why there are bars on one of the bedroom windows. Sometimes, the perfect marriage is the perfect lie.

Et allez, la deuxième déception du jour. Le résumé m’avait laissée toute tremblante d’excitation -il m’en faut peu- alors j’en attendais beaucoup. Et je n’ai RIEN eu. Shame on you, B.A Paris. Je n’ai pas vraiment compris l’intérêt de ce livre, qui a pour seul mérite d’être court. L’histoire est absurde et les rebondissements complètement surréalistes. Le type lui annonce de but en blanc « je suis un psychopathe » et Grace est là « ok chéri, aide moi à sortir le rôti du four ». Je caricature, Grace a un peu eu la pétoche quand même. Mais c’est mou, c’est plat, et ça ne casse pas trois pattes à un canard. J’ai trouvé que l’intrigue manquait d’explications (éternelle insatisfaite que je suis), et le suspense très largement soutenable. Quand je vois qu’on le compare à Gone Girl (le saint graal du thriller) ou à The Girl on the Train, je dis NON, et je vous propose avec gentillesse, mais avec fermeté, de lire Gillian Flynn. Sans attendre.

Une citation pour vous faire fuir:

“As he closes it behind me, I can’t help thinking it’s a shame he’s such a sadistic bastard, because he has wonderful manners.”

More than this, Patrick Ness

21969786“A boy drowns, desperate and alone in his final moments. He dies. Then he wakes, naked and bruised and thirsty, but alive. How can this be? And what is this strange deserted place? As he struggles to understand what is happening, the boy dares to hope. Might this not be the end? Might there be more to this life, or perhaps this afterlife?”

Patrick Ness est dans ma PAL depuis le couronnement de Louis XIV, donc il était grand temps! Je l’ai lu alors que je souffrais d’un traumatisme physique et psychologique sévère, communément appelé le décalage horaire**. Je déteste ces insomnies mais d’un autre côté, elles ont quelques avantages héhé! J’ai pu découvrir le fantastique génie qu’est Patrick Ness. Seth, le personnage principal, est officiellement l’un de mes préférés de l’univers tout entier: torturé, envahi par la culpabilité et les regrets. Un personnage bien compliqué en somme, et j’adore ça.  L’intrigue est hallucinante, originale et touchante. More Than This sort vraiment de l’ordinaire. Le monde construit par Ness est inquiétant et sombre, mais les secrets qu’il cache sont surprenants et vous retournent le cerveau. Il aborde tellement de sujets que c’est impossible de s’ennuyer, le livre se lit d’une traite. Et je ne vous parle même pas de son écriture brillante et magnifique, qui vous tient en haleine et vous fait pleurer comme jamais. Une dernière chose: je peux maintenant rajouter More Than This à la liste de mes livres LGBT préférés

Une citation pour vous convaincre:

“Haven’t you ever felt like there has to be more? Like there’s more out there somewhere, just beyond your grasp, if you could only get to it…”

Snow Like Ashes, Sara Raasch

17399160« A heartbroken girl. A fierce warrior. A hero in the making.

Sixteen years ago the Kingdom of Winter was conquered and its citizens enslaved, leaving them without magic or a monarch. Now, the Winterians’ only hope for freedom is the eight survivors who managed to escape, and who have been waiting for the opportunity to steal back Winter’s magic and rebuild the kingdom ever since. Orphaned as an infant during Winter’s defeat, Meira has lived her whole life as a refugee, raised by the Winterians’ general, Sir. Training to be a warrior—and desperately in love with her best friend, and future king, Mather — she would do anything to help her kingdom rise to power again. »

Quelle honte d’avoir laissé ce livre sur mes étagères pendant tout ce temps!  J’ai beaucoup aimé Snow Like Ashes pour plusieurs raisons. Dressons une liste voulez-vous:

  • La couverture. Helloooo, la couverture!
  • Meira est une fille bad-ass qui n’a pas peur de se battre. C’est un personnage indépendant, une vraie princesse Xena. Elle n’aspire qu’à une chose: protéger son royaume et son peuple. Meira est intelligente, têtue, et sait très bien ce qu’elle veut (enfin presque, cf raison n°4). Elle me fait penser à une jeune Keleana, armée jusqu’aux dents, et prête à botter des fesses.
  • L’univers: Winter et les autres royaumes m’ont charmé. J’y ai retrouvé tout ce que j’aime : la magie, les complots politiques, les batailles et les guerres. J’ai bien évidemment adoré le fait que Winter soit un royaume matriarcal: la magie et le pouvoir se transmettent chez les femmes, le mâle est donc là pour servir de plante verte, et éventuellement procréer. HOW COOL. C’est quand même bien sympa à lire, je vous le dis. Comme l’a dit cette merveilleuse philosophe qu’est Beyonce: Who run the world? Girls.
  • Le triangle amoureux. Alors ok. D’habitude j’ai un peu la haine des trios amoureux qui se cherchent, se séparent, se remettent ensemble, et finissent en club échangiste (mais non je plaisante là). Je dois dire que cette fois, je suis un peu folle de nos deux lovers, à savoir Mather (mon poulain, car il m’en faut bien un), et Theron. Donc je valide!
  • Le fait que ce soit une trilogie. J’adore les séries, principalement parce que j’ai toujours un mal fou à quitter mes héros préférés. Le tome deux -Ice like Fire- est déjà sorti, et le troisième -Frost like Night- sort en septembre 2016. J’ai donc encore du temps à passer avec Meira!

Une citation pour vous convaincre:

“Someday we will be more than words in the dark.”

Rush, à fleur de peau, Maya Banks

518tl910« Gabe est l’un des hommes d’affaires les plus en vue de New York. Il obtient toujours ce qu’il désire. Et ce qu’il veut le plus, c’est le fruit défendu. Il rêve d’assouvir ses fantasmes avec la seule fille qu’il ne peut pas avoir : la belle Mia, la sœur de son meilleur ami. Depuis l’adolescence, celle-ci rêve de Gabe. C’est l’associé de son frère et il est plus âgé, mais son charisme et sa sensualité l’attirent intensément… Alors, pourquoi ne pas vivre ses désirs les plus secrets? »

J’ai lu ce livre dans un moment de grande faiblesse émotionnelle. Vous me connaissez depuis le temps, le New Adult et moi, ce n’est pas ça. Je n’ai trouvé la perle rare qu’une seule fois (ici), et depuis, plus rien. J’ai de nouveau tenté ma chance avec le livre de Maya Banks, et malheureusement, ce n’est toujours pas ça. Mia est aussi intelligente qu’une huitre, et Gabe a autant de charisme qu’une moule. C’est vous dire le couple sexy qu’ils forment… Dans l’ensemble, j’ai eu l’impression de lire un mauvais copié/collé de Fifty Shades of Grey, qui n’était déjà pas terrible… On a donc droit au riche dominateur avec des goûts BDSM, à la fille naïve qui n’hésite pas à signer LE contrat, aux ébats sexuels remplis de vulgarité, et à la traditionnelle dispute qui va séparer nos tourtereaux. Je crois sincèrement que je suis allergique aux hommes dominateurs, possessifs et jaloux à mort. Gabe est le pire du pire, et Mia, en tant que bonne gourdasse, obéit et dit amen. Je n’y arrive pas, ce n’est pas le genre d’histoire que j’aime lire. Il n’y a rien de sexy ou de sensuel dans les scènes décrites, et voir Mia se faire humilier par deux fois m’a très légèrement irrité le côlon. L’écriture est simpliste et niaise, les dialogues ne vendent pas du rêve, et la fin dégouline de bons sentiments. Je ne compte pas lire la suite, et je range définitivement Rush sur mes étagères.

Une citation pour vous faire fuir: 

“Je veux t’épouser, ma belle. Je veux que tu sois ma femme, pour toujours.”  (il est où l’emoji qui vomit quand on en a besoin?)

Voilà mes chatons, pour l’instant je n’ai pas plus à vous proposer! Je compte me remettre au boulot très vite, j’ai déjà deux ou trois livres dont j’aimerais vous parler! En attendant, je vous fais des bisous paillettes 

tumblr_inline_msvhbvgScy1qz4rgp*Top Ten que je ferai un jour, histoire de déverser ma rage et ma haine contre certains personnages (Ana Steele et sa déesse intérieure sont bien entendu visées).

**J’ai commencé à écrire cet article à mon retour de Mexico fin mai. Donc vous vous doutez bien qu’à l’heure où je le publie (maintenant), le décalage horaire n’est plus vraiment d’actualité…